J’ai été mordu par une Viperr.

Bonjour,

Je possède un vieil Acer Aspire 5611 de 2006 qui n’a pas une vie facile puisque je m’en sers pour tester les distributions les plus farfelues. J’ignore combien de fois j’ai pu formater son disque dur. Je pourrais très bien le faire dans une machine virtuelle me direz-vous, au lieu de m’acharner sur ce pauvre bougre qui ne demande qu’à partir à la casse mais je suis un sadique et tant que cet ordinateur possédera ne serait-ce qu’un bit de conscience-machine, je continuerai mes expériences.

aceraspire

Donc, après m’en être servi pendant plusieurs mois pour beta-tester l’Emmabuntüs DE 2, je me suis dit que ce serait une bonne idée de le transformer en vivarium. Pour ce faire, j’ai jeté mon dévolu sur un remix de la distribution Fedora : la Viperr 09 (Vipera Dragon). Et franchement, rien que pour la beauté des fonds d’écran, ça vaut son pesant de venin. Bravo aux concepteurs français (cocorico!) pour cette distribution très esthétique!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’installation ne présente aucune difficulté. Il suffit de télécharger l’image iso qui pèse 1,3 Go. Vous trouverez cette dernière sur le site de Viperr. Ensuite, vous créez une clé usb bootable avec la commande magique dd :

sudo dd bs=4M if=/chemin_de_l’image.iso of=/dev/emplacement_clé_USB status=progress && sync

Et dans le bios de votre ordinateur, vous modifiez l’ordre de boot afin qu’il démarre sur la clé USB. Vous allez vous retrouver sur la version live qui va vous proposer d’installer la vipère sur le disque dur. Le tour est joué.

En matière de logiciels, Viperr fournit le strict minimum mais il vous propose une post-installation qui va vous permettre d’installer par exemple LibreOffice et bien d’autres softwares. Cela dit, c’est à vous de personnaliser votre vivarium. J’ai par exemple choisi d’installer Retext, Gedit et le navigateur Vivaldi.

Le gestionnaire de paquets s’appelle Dandified Yum ou DNF. Si le logiciel est présent dans les dépôts comme c’est le cas par exemple pour Gedit, rien de plus simple! Il suffit d’entrer dans un terminal la commande suivante :

dnf install gedit

Pour le navigateur Vivaldi qui n’est pas présent dans les dépôts, il m’a suffi de télécharger sur cette page la version 32 bit RPM et de rentrer la commande ci-dessous. En quelques minutes, j’avais installé mon navigateur favori!  

sudo rpm -ivh /home/ordinosor/Téléchargements/vivaldi-stable-1.12.955.48-1.i386.rpm

(Remplacez la partie en rouge par votre chemin personnel. )

C’est peu de dire que j’ai été séduit par cette distribution légère, réactive et très esthétique. Elle m’a permis également de découvrir Fedora. Ce n’est peut-être pas la distribution idéale pour les débutants dans le monde Linux. Dans ce domaine, je crois qu’Ubuntu ne souffre d’aucune concurrence. Je dirais que Viperr est une distribution intermédiaire.

Petit bémol, les applications que j’ai moi-même installées se retrouvent toutes rassemblées sous l’onglet Accessoires > Liste d’applications. Or, j’ai l’habitude de placer des icônes sur le bureau. Avec les autres distributions, il suffit de faire un clic droit ou un glisser-deposer… Mais avec Viperr qui utilise le gestionnaire de fenêtres Openbox, je n’ai toujours pas compris comment il fallait procéder. 

Pour conclure, si je puis me permettre de vous donner un conseil… Laissez-vous mordre par cette Viperr bleue. Son venin est un vrai nectar!

On ira tous au Paradis – chapitre 3

Bonjour,

Voici donc le chapitre 3 revu et corrigé. J’ai décidé d’illustrer chaque chapitre avec un cantique. Pour celui-ci, ce sera The Game du célèbre et sympathique trio Motörhead (Tête de möteur). Le titre me semblait approprié.

Dernières modifications majeures apportées au roman :

  • Remplacement du titre Nirvana par On ira tous au Paradis,
  • Le personnage prénommé Youni-3 devient Requiem-2,
  • Les parents des différent.e.s candidat.e.s deviennent des éleveurs. Je trouve que ce terme les déshumanise encore davantage.

Vous pouvez également retrouver ce chapitre sur mon dépôt Framagit.

Bon dimanche.

 

Bildschirmfoto

Dernières nouvelles de nos amis de YovoTogo (clap de fin et retour au pays!)

Samedi 28 octobre

Une dernière journée à Bombouaka consacrée au repos avant le départ demain pour Sokodé. Quelques courses sur Dapaong, le lavage de la voiture, une réunion avec le personnel du centre Don Orione avec des échanges de remerciements fraternels réciproques avant une dernière photo de groupe avec le personnel. Quelques instants de bonheur avec les enfants, des petits mots et des dessins touchants comme tous les ans nous nous sentons chez nous mais il faut partir. Continuer à lire … « Dernières nouvelles de nos amis de YovoTogo (clap de fin et retour au pays!) »

On ira tous au Paradis (roman de science-fiction)

Bonjour,

On ira tous au Paradis est un roman que j’avais commencé à rédiger en 2001, au moment de la diffusion d’un célèbre jeu de téléréalité sur M6. Ce roman est terminé depuis belle lurette mais il dormait au fond de mon ordinateur car je n’en étais pas satisfait. Depuis quelques semaines, j’utilise Framagit pour rédiger un autre roman de SF (inachevé celui-ci) qui s’intitule Le message. J’en avais parlé dans un article précédent.

Comme j’aime bien Framagit, j’ai décidé de créer un nouveau projet et d’y déposer les 13 chapitres d’On ira tous au Paradis. Je vais également les mettre en ligne sur Miamondo mais seulement après avoir pris le temps de les retravailler. J’ai déjà repris les deux premiers chapitres et je les ai mis en ligne. Je retravaille le troisième chapitre en semaine 45.

  • On ira tous au Paradis est un jeu inspiré des émissions de télé-réalité et du film franco-yougoslave, Le prix du danger (1983) réalisé par Yves Boisset et rarement diffusé à la télévision.
  • Il met aux prises neuf candidat(e)s appelés les élu(e)s et enfermé(e)s dans le purgatoire. Il s’agit d’un ancien entrepôt situé à Molenbeek en Belgique et aménagé en loft d’une surface habitable de 400 m2.
  • Les élus de genre féminin (au nombre de quatre au départ) nominent deux élus de genre masculin. La semaine suivante, c’est le contraire. Les nominations ont toujours lieu le mercredi. Le samedi suivant, c’est le jour du direct et  de l’élimination d’un des deux nominés suite au vote des citoyens connecté(e)s à ce qu’on appelle la conscience universelle.
  • La différence avec les jeux de téléréalité des années 2000 réside dans l’élimination proprement dite. L’éliminé(e) est guillotiné(e).
  • Le roman semble sinistre à première vue mais il n’est pas dénué d’un humour absurde. L’un des candidats de genre masculin s’appelle Lazare. Il porte donc le même prénom que ce personnage des évangiles que Jésus-Christ avait réussi à ressusciter après un séjour de quatre jours au tombeau. Lazare est le seul candidat qui s’est inscrit au jeu dans le but d’être éliminé le plus vite possible. La récompense promise au vainqueur ne l’intéresse nullement. Sa participation est une  forme de suicide par procuration mais encore faut-il qu’il soit nominé et éliminé par les connecté(e)s pour parvenir à ses fins…
  • Que va-t-il se passer selon vous? Qui sera le gagnant? Du reste, y’en aura-t-il un?
  • L’action se situe dans le futur de notre réalité ou bien dans une dimension parallèle. C’est difficile à dire car je reste flou sur ce point.
  • Lieu : Confédération Occidentale, une entité politique créée à la fin de l’hydroguerre.
  • Tous les citoyens sont bioconnectés à la conscience universelle grâce à leur interface cyberébrale. Le transhumanisme a triomphé et tous les citoyens de la Confédération Occidentale sont des êtres « augmentés ».
  • La question du genre est très présente dans ce roman. La frontière entre les différents genres des personnages n’est pas claire. J’utilise volontairement des mots transgenres et j’appose sur de nombreux mots, la marque du féminin (en exposant). Les prénoms portent également à confusion.
  • Quatre élues de genre féminin : Philip, Anoushé, Anaïs et Paix-sur-Terre.
  • Cinq élus de genre masculin : Requiem-2 (un clone), Pleine-Conscience, Lazare, Roboam et Carolin(e).
  • Le dépôt est public et sous licence CC-BY-SA.
  • Je ne serais pas contre une écriture à plusieurs mains. Cela dit, il faudrait que ce soit avec un auteur en qui j’ai toute confiance et avec qui le courant passe vraiment.

Quelques nouvelles de nos amis de YovoTogo (épisode 5)

Jeudi 26 octobre

Une journée bien remplie qui commence par un rendez-vous préliminaire avec le Préfet de l’Oti monsieur Ouadja qui présidera les 2 inaugurations de salles informatiques planifiées ce jour dans sa préfecture. Continuer à lire … « Quelques nouvelles de nos amis de YovoTogo (épisode 5) »

Quelques nouvelles de nos amis de YovoTogo (épisode 4)

Lundi 23 octobre

Nous sommes dès 8 heures au C.R.E.T.F.P. (Collège Régionale d’Enseignement Technique et de Formation Professionnelle) de Dapaong pour un rendez-vous entre les responsables d’établissement,  de JUMP Lab’Orione, de YovoTogo et du Rotary Club de Tandjouaré-Dapaong ayant pour but de définir les modalités d’implantation du projet « FabLab-OrthoLab » qui se composera d’une salle informatique, d’un incubateur numérique complété par une unité de production en impression 3D de pièces destinés à l’atelier orthopédique du centre pour enfants handicapés de Bombouaka. Le directeur est manifestement heureux d’accueillir ce projet dans son établissement et de l’ajouter à ses programmes de formation. En compagnie de son adjoint et de son chef travaux nous visiterons non plus une salle initialement destinée au projet mais un bâtiment complet (photo ci-dessous) se composant de 3 salles dont 2 climatisées. Continuer à lire … « Quelques nouvelles de nos amis de YovoTogo (épisode 4) »

Quelques nouvelles de nos amis de YovoTogo (épisode 3)

Vendredi 20 octobre

Au programme de la journée, visite de trois des 7 salles informatiques installée jusqu’à l’année dernière, nous commençons par la celle du lycée de Bombouaka, puis celle du lycée de Tandjouaré et enfin celle de Nano. Dans l’ensemble le taux de fréquentation et le suivi des matériels est satisfaisant. Des clefs USB d’installations contenant de nouvelles versions du système d’exploitation vont être distribuées aux membres de JUMP Lab’Orione chargé de la maintenance et de la pérennité du projet.

Continuer à lire … « Quelques nouvelles de nos amis de YovoTogo (épisode 3) »