#Ubuntu : Formater un disque dur et mettre tous les clusters à zéro

Bonan tagon al ĉiuj,

Volgor, mon fidèle ordinateur de bureau, me causait bien du souci depuis quelque temps.  Il était excessivement lent et il « freezait » de plus en plus. Du coup, j’ai décidé d’employer les grands moyens : mettre à zéro tous les clusters et lui offrir un nouveau système d’exploitation beaucoup plus léger, en l’occurrence Lubuntu qui signifie « Light Ubuntu ». Il n’existe pas de système d’exploitation plus léger. L’opération est fort simple. Voici donc comment j’ai procédé.

Dans un terminal, j’ai d’abord entré la commande sudo fdisk -l qui m’a renvoyé que le disque est en /dev/sda.

Puis ensuite, j’ai lancé la commande sudo dd if=/dev/zero of=/dev/sda qui a pour effet de remplir le disque dur avec des zéros et par conséquent de tout effacer. Cette opération radicale équivaut à un bombardement atomique! Inutile de préciser que j’avais auparavant sauvegardé toutes mes données sur un disque dur externe. Je ne suis pas un lapin de six semaines! J’ai lancé la commande un soir avant d’aller dormir et lorsque je me suis réveillé le matin, Volgor avait perdu toute forme de conscience-machine.

J’ai enregistré une image .iso de Lubuntu 14.04 sur une clé USB bootable et j’ai ressuscité mon fidèle compagnon. Ce dernier ne « freeze » plus et lorsque il est bien chaud, on ne remarque même pas qu’il est malade. La prochaine intervention consistera à remplacer la pâte thermique entre le processeur et le ventirad.

 

lubuntu-tile

Installer un système d’exploitation

Après avoir assemblé mon ordinateur (voir l’article précédent), il fallait que j’offre à ce dernier, un système d’exploitation tout neuf. Mais comment fait-on pour en installer un sur son ordinateur? C’est ce que je vais tenter de vous expliquer le plus simplement du monde dans ce nouveau billet… Et si ça peut vous rassurer, c’est à la portée du premier imbécile venu.

Tout d’abord, il faut vous procurer le système d’exploitation. Choisissons par exemple d’installer Ubuntu 14.04 qui est la distribution Linux la plus abordable pour un débutant. Vous pouvez l’obtenir très facilement en achetant la revue Linux Identity que l’on trouve dans toutes les librairies dignes de ce nom. En effet, la revue est vendue avec un CD-ROM d’installation. Ça coute un peu moins de dix euros. Si comme moi, vous êtes d’une radinerie maladive, vous pouvez également télécharger Ubuntu 14.04 gratuitement depuis internet et créer une clé USB bootable grâce au programme Unetbootin. Mais cette méthode est plus compliquée et cela fera l’objet d’un prochain billet. Contentons-nous plutôt de la méthode CD-Rom!

linux_identity_ubuntu_14_04

Venons-en au vif du sujet! Le seul programme qui est nativement installé sur votre ordinateur tout neuf, c’est le BIOS, c’est-à-dire le basic input/output system(système élémentaire d’entrée/sortie). Il est contenu dans la mémoire morte de la carte-mère. Et il a un rôle très important puisqu’il renferme le logiciel nécessaire à l’amorçage de l’ordinateur. Lorsque vous allumez ce dernier, le BIOS va partir immédiatement à la recherche d’un système d’exploitation. On appelle ça le boot. Si votre système d’exploitation est contenu sur le disque dur, le BIOS va booter sur ce dernier et démarrer votre système d’exploitation qui contient tous vos logiciels préférés, le navigateur web, la messagerie etc…

Oui! mais en l’état actuel, quel est notre problème? Le système d’exploitation que nous voulons installer se trouve tout entier contenu sur un CD-ROM. Notre disque dur est complètement vierge. Le BIOS qui boote automatiquement sur le disque dur, ne va rien trouver et votre écran va rester désespérément noir! Quelle est donc la solution? Eh bien, elle est toute simple. Il faut forcer le BIOS à booter en premier sur le lecteur qui contient le CD-ROM. Pour cela, il faut donc modifier l’ordre d’amorçage.

Mais il est où ce BIOS? Et comment je fais pour pénétrer à l’intérieur? Le BIOS, c’est ce qui apparait subrepticement quelques secondes après avoir allumé votre ordinateur. Voici une photo de mon BIOS (oui! Une photo car je n’ai pas trouvé la solution pour faire une copie d’écran) :

mon_bios

Vous remarquez que j’ai entouré quelque chose en bleu, n’est-ce pas? C’est la porte magique pour entrer dans le menu de boot et modifier l’ordre d’amorçage. Parfois, c’est la touche F12 qu’il faut presser, parfois c’est la touche F11… Tout ça dépend des ordinateurs mais le résultat est le même. Vous obtenez ceci :

menu_boot

À partir de là, si vous avez quelques notions d’anglais élémentaire, il vous est facile de modifier l’ordre de boot et de placer le lecteur de CD-ROM en haut de la liste. Eteignez votre ordinateur, insérez le CD-ROM… Redémarrez et vous allez constater que c’est le lecteur de CD-ROM qui réagit en premier! La procédure est lancée et l’écran d’accueil d’Ubuntu va apparaître dans toute sa splendeur. Désormais, il vous suffit de suivre à la lettre les instructions qu’on vous donne et vous allez doter votre ordinateur d’un système d’exploitation tout neuf! Pour un complément d’informations, je vous invite à vous rendre sur cette page qui contient elle-même des liens très intéressants. Bon courage!

installation_ubuntu

#Ubuntu : Éteindre ou redémarrer son ordinateur en ligne de commande

Il est tout à fait possible d’éteindre son ordinateur en entrant une simple ligne de commande dans un terminal, suivi du mot de passe. Cette ligne de commande, la voici :

sudo poweroff

Pour redémarrer son ordinateur (après une mise à jour par exemple), la procédure est la même sauf qu’il faut entrer cette commande :

sudo_reboot

#Ubuntu : basculer un clavier de QWERTY en AZERTY

Bonjour à tous,

Pour une raison que j’ignore, lorsque j’allume Volgor, mon fidèle serviteur, il arrive que le clavier soit configuré en QWERTY…Ce qui est tout à fait regrettable lorsque les touches de celui-ci sont disposées en AZERTY. Pour remédier à cette incongruité, il suffit de taper une commande dans un terminal et le tour est joué. Cette commande, la voici :

setxkbmap fr

En quelques secondes, votre clavier se retrouve de nouveau configuré en AZERTY. Je vous souhaite une bonne journée.

Cube de bureau

Il y a quelques jours, sous Ubuntu 14.04, j’ai réussi à activer la fonction cube de bureau et je dois admettre que je suis assez satisfait du résultat. Au début, j’ai essayé de le faire moi-même et franchement, c’était minable. Lorsque j’activais le cube en faisant Ctrl + Alt + clic gauche maintenu, je me retrouvais avec une image tremblotante qui finissait par se décomposer en mille-feuilles. J’ai donc suivi cet excellent tutoriel et là, ça fonctionne nickel. Avec la souris, il est possible de manipuler le cube dans tous les sens et de sauter d’un bureau à l’autre. Ça sert à rien mais que voulez-vous? ça m’amuse! Admirez le résultat :

cube_bureau

Petite précision : avant toute manipulation, pensez à imprimer les commandes qui se trouvent en bas du tutoriel. Elles vous permettront de réparer votre session au cas où l’environnement de bureau Unity planterait :

recup_session

Le projet Ubuntu

Aujourd’hui, j’ai envie de vous présenter le système d’exploitation que j’ai installé sur mon ordinateur et que j’utilise avec beaucoup de bonheur depuis 2010. Il s’agit d’Ubuntu, la distribution GNU/Linux la plus populaire et probablement la plus adaptée à celles et ceux qui découvrent le monde du libre.

logo_ubuntu

C’est un système d’exploitation libre fondé sur la distribution Linux Debian. Tous les six mois, la société Canonical qui développe ubuntu sort une nouvelle version. La version actuelle est 14.04 ; cela signifie qu’elle est sortie en Avril 2014. Chaque version reçoit un nom de baptême par ordre alphabétique. Ubuntu 14.04 s’appelle Trusty Tahr (Tahr loyal). Ubuntu 14.10 qui sortira le 16 Octobre prochain, s’appellera Utopic Unicorn (licorne utopique). Elles reçoivent toujours des noms d’animaux.

La philosophie d’Ubuntu, c’est d’offrir à tout utilisateur d’ordinateur la possibilité de télécharger, d’utiliser, de copier, de distribuer, d’étudier, de partager, de modifier et d’améliorer le logiciel pour toutes utilisations sans payer de droit de licence. Ubuntu est un terme bantou qui signifie : « je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». Dans cette optique, la communauté francophone d’Ubuntu propose un forum où l’on peut s’entraider en cas de problèmes techniques. Voici une copie d’écran de mon bureau.

bureau_ubuntu

Quelle est donc cette curieuse fenêtre que l’on aperçoit dans la partie droite? Il s’agit d’un terminal, un outil très puissant qui permet de donner des ordres à l’ordinateur sans passer par une interface graphique. Le terminal peut paraître rebutant au premier abord mais il s’avère très pratique. En entrant une commande donnée, il permet par exemple de connaître la température du processeur (sensors), de mettre à jour la liste des fichiers disponibles dans les dépôts APT (sudo apt-get update), de mettre à jour tous les paquets installés sur le système vers les dernières versions(sudo apt-get upgrade) ou bien tout simplement d’ouvrir un programme : par exemple, si je veux ouvrir firefox, il me suffit de taper firefox et hop! le navigateur s’ouvre. Si je veux éteindre l’ordinateur, je le fais en utilisant l’interface graphique mais je pourrais très bien le faire en tapant dans le terminal, la commande suivante : sudo poweroff.

Tout à gauche de l’écran, vous apercevez une série d’icônes qui permet d’ouvrir différents programmes et logiciels. Si j’ouvre la logithèque, je me retrouve dans une bibliothèque de logiciels et je peux choisir librement ce que je veux installer ou désinstaller. Par exemple, sur la capture d’écran que vous apercevez ci-dessous, je désinstalle le programme de messagerie thunderbird qui ne m’est d’aucune utilité.

remove_thunderbird

C’est en installant ubuntu que j’ai pris goût à tout ce qui touche de près ou de loin à l’informatique. Si vous êtes curieux et que vous souhaitez comprendre comment fonctionne un ordinateur, si vous avez l’âme d’un bricoleur, alors je vous invite à tenter l’aventure et à abandonner les systèmes d’exploitations Windows ou Apple pour entrer dans le monde du libre.