3-Dan’iel (récit d’anticipation)

– Les cavaliers de l’Apocalypse?

– Oui… Les cavaliers de l’Apocalypse… Est-ce que tu as déjà lu la Bible mon petit?

– Non, jamais. Je me souviens en avoir vu un exemplaire chez un ami d’enfance. Le poids et l’épaisseur de l’ouvrage m’avaient étonné. Son père le conservait dans un tiroir fermé à clé mais mon ami avait réussi à localiser la cachette et lorsqu’il était tout seul à la maison, il se plongeait dedans. Il prétendait que la Bible racontait l’histoire du monde.

– C’est exact. Elle raconte l’histoire du monde de ses origines jusqu’à la Grande Extinction.

Dan’iel me fixait intensément, sans prononcer un mot. Je me suis redressé sur mon siège afin de pouvoir fouiller mes poches de pantalon plus facilement. J’en ai sorti un trousseau de clés que je lui ai tendu en prenant soin de lui montrer celle dont il avait besoin:

– Va dans ma chambre et ouvre le second tiroir de mon bureau. À l’intérieur, tu trouveras une Bible. Apporte-la moi, s’il te plaît.

Dan’iel s’est levé de sa chaise sans hésitation. Apparemment, sa curiosité était plus forte que la pesanteur terrestre. Au bout d’une minute, il est réapparu tenant fermement entre ses mains le précieux ouvrage, comme s’il avait peur que celui-ci se brise en mille morceaux si par malheur il le laissait tomber. J’ai écarté mon assiette et mon verre et je lui ai demandé de poser la Bible sur la table. Puis, je lui ai dit:

– Cet ouvrage, qui compte deux mille pages, commence par le livre de la Genèse et se termine par l’Apocalypse. Les premiers versets décrivent l’instant primordial. Je me souviens qu’avant la Grande Extinction, on utilisait plutôt le terme Big Bang pour décrire cette naissance cosmique. Mais cette expression laissait croire que tout avait commencé par une gigantesque explosion, ce qui n’est pas le cas. Notre univers est issu d’une dilatation rapide à partir d’un instant dit zéro. Il a eu un commencement et comme il se refroidit inexorablement, il aura une fin. Tout ceci a d’abord été calculé par des scientifiques, puis confirmé par des observatoires spatiaux tels que WMAP… Et curieusement, cela correspond au récit de la création du monde tel qu’il est décrit dans la Genèse. Certes, dans la Bible, le processus a duré six jours, alors que dans la réalité, cela a pris treize milliards d’années. Mais il ne faut pas oublier que le récit biblique s’adressait à des êtres humains qui n’avaient pas de connaissances en astrophysique et encore moins de télescope spatial à leur disposition! C’est la raison pour laquelle il est largement imagé… mais pas imaginaire. Il raconte exactement la même histoire!

Dan’iel m’a demandé s’il pouvait voir le livre de plus près. Je lui ai répondu par un signe de tête affirmatif. Il a pris la Bible et l’a pivoté à l’endroit. Il tournait les fines pages avec une extrême précaution, comme s’il se trouvait dans la salle d’archives d’un musée en train de feuilleter un fragile manuscrit du moyen-âge. Mais ma Bible n’avait que cent un ans. Je me l’étais offerte pour Noël 2021.

Dan’iel a pris le temps de lire à haute voix le chapitre 1 du livre de la Genèse. J’aurais pu l’écouter pendant des heures. Douce et grave à la fois, sa voix enveloppait chaque mot. Sa lecture terminée, il referma lentement la Bible avant de fermer les yeux et de poser ses mains sur la couverture, dans un geste qui ressemblait à une bénédiction. Puis, il a dit:

– Tu m’as parlé des Cavaliers de l’Apocalypse, dont l’arrivée a précédé la Grande Extinction. Qui étaient-ils au juste?

– Ils étaient au nombre de quatre. Ils se sont d’abord attaqué à notre sommeil.

– Comment ça?

– Nous étions de plus en plus nombreux à faire des cauchemars. Ils étaient en nous, enfouis dans notre esprit depuis la nuit des temps, et nous les avons réveillés. Ils ne sont pas descendus du ciel. Ils sont remontés à la surface de notre réalité.

– Mais, le livre de l’Apocalypse est un récit très imagé.

– Cela s’est passé conformément aux écritures. Le premier cavalier montait un cheval dont la robe était d’un vert pâle indéfinissable. Il a libéré le Covid-19 du laboratoire P4 de Wuhan. Puis, à la faveur du réchauffement climatique, il a réveillé plusieurs virus gelés dans le permafrost sibérien… des organismes contre lesquels l’être humain n’était pas immunisé. Le second cavalier montait un cheval rouge sang. Il a déclenché la troisième guerre mondiale et les bombardements nucléaires qui ont transformé une grande partie de l’hémisphère nord en un champ de ruines inhabitable. Le troisième cavalier montait un cheval blanc. Il a détaché l’immense glacier Thwaites de l’Antarctique. Le grand continent blanc s’est disloqué. Les côtes les plus basses ont été submergées par la montée des océans. Le quatrième cheval était noir. Il était monté par la mort et il a emporté presque toute l’humanité. Il n’est pas possible de déterminer précisément combien d’êtres humains ont survécu. Nous n’étions probablement plus que quelques dizaines de millions.

2- Dan’iel (récit d’anticipation)

Dan’iel, jeune docteur en exobiologie, revient tout juste d’une mission de deux ans sur la planète Mars. Il a participé à la dernière phase de la terraformation. De retour sur Terre, en Syrtes, il rend visite à Benoît, son quadrisaïeul âgé de cent-cinquante ans. Celui-ci vit à L’Île-d’Yeu et il a connu les Syrtes d’avant la Grande Extinction. À la demande de son descendant, il accepte de replonger dans ses souvenirs.

Lorsque la porte « papillon » s’est ouverte et qu’il a difficilement posé le pied sur le tarmac, je n’ai pas pu retenir mes larmes. Il est venu à ma rencontre d’un pas lourd et nous sommes tombés dans les bras l’un de l’autre. J’ai remarqué qu’il avait les yeux humides. Il retenait ses larmes.

– Je suis bien content que tu sois de retour, mon petit. J’ai trouvé le temps long, tu sais… En tout cas, tu as bonne mine ! On dirait que tu as grandi. Dan’iel est parti dans un grand éclat de rire:

– Ça fait bien longtemps que ma croissance est terminée. Si je te parais plus grand, c’est certainement à cause de la pesanteur martienne qui est plus faible que sur la Terre. Mon squelette s’est allongé.

Sur le chemin du retour, je lui ai proposé de boire une bière dans une brasserie de Port-Joinville où j’ai mes habitudes. Mais il m’a répondu qu’il préférait rentrer tout de suite à la maison de famille de Ker Bossy.

– Tu as du vin m’a-t-il demandé ?

– Bien sûr ! Il ne se passe pas un jour sans que je boive mon petit verre. Comment crois-tu que je suis encore en vie ?

– Est-ce qu’il y a des cousins qui sont déjà arrivés ?

– Non, tu es le tout premier. Pierre et Gabrielle arrivent demain.

J’ai vite remarqué que Dan’iel souffrait de la pesanteur terrestre. Il ne se déplaçait pas normalement. Il fallait qu’il décolle ses pieds à chaque pas. Marie a pris congé de nous, après m’avoir libéré de l’exosquelette et avoir donné quelques consignes à Dan’iel. Il était midi et demi. Alors nous avons décidé de nous mettre à table pour déjeuner. J’ai annoncé à Dan’iel que j’avais acheté deux douzaines d’huîtres. Un large sourire s’est dessiné sur son visage.

– La bourriche est dans la cave en bas. Va la chercher s’il te plaît, et débouche la bouteille de Muscadet qui est dans le frigo.

Trop heureux de déguster des huîtres, Dan’iel ne s’est pas fait prier pour exécuter mes ordres. Je lui ai demandé s’il pouvait les ouvrir, car j’avais peur de me blesser. Je l’ai regardé faire. Il n’avait pas perdu la main. Je lui ai demandé si on trouvait des huîtres sur Mars ?

– Pas encore, m’a-t-il répondu, car malheureusement, l’ostréiculture ne fait pas partie des priorités de l’administration martienne.

Nous avons commencé à déguster les huîtres en silence. Je voyais bien qu’il ne fallait pas que je le dérange. Il savourait… Après en avoir avalé une demi-douzaine, il s’est essuyé la bouche avec sa serviette et il a porté son verre de Muscadet à ses lèvres. Je l’ai imité et j’en ai profité pour briser le silence.

– Raconte-moi donc un peu ton séjour sur Mars.

Dan’iel a reposé son verre, et d’une voix douce, il m’a répondu :

– Pas maintenant, Benoît. Je suis tout juste arrivé et je n’ai pas envie de retourner sur Mars ! Voici ce que je te propose. Avant de te raconter mes aventures, tu vas me parler de la Vendée, celle que tu as connue avant la Grande Extinction.

Son refus de me raconter son séjour sur Mars, m’a contrarié, mais à bien y réfléchir, ce n’était pas surprenant. Dan’iel était en vacances. Il avait envie de se vider l’esprit, ce qui signifiait oublier Mars et la mission délicate qu’il avait accomplie là-bas. Mais moi, de mon côté, je n’avais pas envie de déterrer un passé douloureux.

– Tu sais… J’ai cent-cinquante ans et mes souvenirs les plus anciens reposent à jamais au fond de ma mémoire. Il m’est impossible de les remonter à la surface.

– Benoît… Je sais que je te demande d’évoquer des souvenirs douloureux mais les témoins directs nés au vingtième siècle et qui ont survécu à la Grande Extinction, se comptent sur les doigts de la main. J’ai la chance d’être ton descendant et j’aimerais vraiment recueillir ton témoignage. Comme tous les survivants, tu n’as jamais parlé du monde d’avant. Le silence que tu gardes sur cette période est-il un choix délibéré de ta part, ou bien est-ce-que tu as conclu un pacte qui t’oblige à te taire?

– Le monde d’avant a disparu et c’est très bien comme ça. Je n’ai pas envie de contribuer à sa renaissance en libérant des souvenirs susceptibles de se transformer en métastases. Je ne veux pas mettre en péril l’harmonie de notre civilisation actuelle. La nouvelle humanité n’a pas besoin de savoir comment elle s’est comportée par le passé et ce qu’elle a été capable d’infliger à la vie sous toutes ses formes… La violence est un cancer qui ronge notre esprit. Personne ne peut y survivre. Mes souvenirs de l’ancien monde sont enkystés tout au fond de ma mémoire… Ils sont à jamais perdu. Ils vont disparaître avec moi et c’est ce que je souhaite.

Je sentais que mon esprit s’enflammait tandis que des larmes de colère brouillaient mon regard. La lave de mes souvenirs montait dans la cheminée d’un volcan qui n’allait jamais s’éteindre. Dan’iel ne disait rien. Dès que nos regard se croisaient, il baissait la tête. Je ne voulais pas penser au monde d’avant. J’avais trop peur de le réveiller. Malgré tout, j’éprouvais le besoin viscéral d’en parler. La pression était trop forte. Il fallait que le volcan de ma mémoire entre en éruption.

Dan’iel gardait le silence. Sans doute ne voulait-il pas me brusquer. Je cherchais mes mots. Je ne savais pas par quoi commencer.

– Tout ce que je peux te dire, c’est que nous vivions dans une insouciance qui n’était que le fruit de notre lâcheté collective. Personne ne voulait sacrifier son confort pour assurer un avenir à ses enfants. La protection de l’environnement était le cadet de nos soucis. Toutes les familles possédaient un ou deux moyens de déplacement à moteur thermique.

– Il n’y avait pas de transport en commun ?

– Très peu… De nos jours, Tous les transports sont effectués par des drones-lourds pour la marchandise, ou par des drones-bus pour les passagers, de sorte qu’il ne reste plus un seul centimètre carré d’asphalte. Comme tous nos déplacements sont aériens, toutes les voies de communication terrestres ont été revégétalisées. Vu du ciel, tout est vert. Mais lorsque j’étais jeune, je me souviens de la mise en service de deux autoroutes. Elles formaient une croix sur la Vendée, et nous en étions très fiers car cela signifiait le désenclavement du département et par voie de conséquence, la croissance économique.

– Tu as possédé une voiture ?

– Oui, bien sûr ! Comme tout le monde ! Mais je m’en suis débarrassé quelques années avant la Grande Extinction.

– Comment est-ce que ça a commencé ?

– La Grande Extinction ?

– Oui.

– Je n’ai pas le souvenir d’une date précise… C’est plutôt que… sans nous en rendre compte, nous avons glissé. Lorsque nous nous sommes réveillés et que nous avons pris conscience de la catastrophe, il était trop tard. Les cavaliers de l’Apocalypse étaient déjà entrés en action.

1- Dan’iel (récit d’anticipation)

Résumé

Dan’iel, jeune docteur en exobiologie, revient tout juste d’une mission de deux ans sur la planète Mars. Il a participé à la dernière phase de la terraformation. De retour sur Terre, en Syrtes, il rend visite à Benoît, son quadrisaïeul âgé de cent-cinquante ans. Celui-ci vit à L’Île-d’Yeu et il a connu les Syrtes d’avant la Grande Extinction. À la demande de son descendant, il accepte de replonger dans ses souvenirs.


Cette nuit, j’ai très bien dormi. Dan’iel, mon descendant, a débarqué hier pour passer deux semaines de vacances à la maison. Il m’avait promis qu’il serait présent à mon anniversaire et il a tenu parole. Je vais fêter mes cent cinquante ans dans quelques jours. Ça fait longtemps que je ne me suis pas senti aussi heureux. Dan’iel et moi avons toujours été très proches. Mais il y a deux ans, juste après avoir obtenu son doctorat d’exobiologie, nous avons été séparés. Dan’iel s’est vu proposer une mission sur Mars : engager la dernière phase du processus de terraformation. La planète rouge qui, autrefois, n’était qu’un désert minéral inhospitalier, a changé de couleur. Elle est devenue verte et elle grouille de vie maintenant! Dan’iel m’a dit que ces deux années sur Mars étaient passées à la vitesse de la lumière. Moi, elles m’ont paru interminables… Avec toujours cette crainte de mourir avant son retour.

Depuis quatre-vingts ans, trois millions de colons, poussés par l’aventure ou la promesse d’une vie meilleure, ont accepté de quitter définitivement la Terre et d’entamer un périlleux voyage vers Mars… Après avoir dévasté son berceau, l’humanité n’avait pas d’autre choix que de rebâtir une biosphère propice à sa survie. Les colons vivent enterrés dans des installations troglodytiques qui les protègent des radiations. L’atmosphère est encore trop ténue et ils ne peuvent toujours pas se passer d’une combinaison pour se déplacer à la surface. Mais le projet de terraformation avance bien et dans quelques sols1, les martiens devraient pouvoir évoluer à l’air libre sans aucune protection individuelle. Dan’iel est arrivé en orbite terrestre, il y a trois semaines, à bord du croiseur interplanétaire Guena’him III. J’ai pu lui parler en visio, sans avoir à patienter de longues minutes entre les questions et les réponses2. Comme tous les autres passagers, il était très fatigué, car le vaisseau avait calibré sa pesanteur sur celle de la Terre3. Tous ses déplacements étaient une épreuve. Il avait l’impression de peser trois cents kilos et d’avoir des semelles de plomb dans ses chaussures.

Drapeau de l’Union martienne

Avant-hier, le Docteur Benarfa, médecin de bord du Guena’him III, l’a autorisé à embarquer dans une navette à destination de la gare aérospatiale de Bonchamps4, en Syrtes. Il a fait sa rentrée atmosphérique ce matin à sept heures. Puis, il a pris un drone-bus pour l’Île-d’Yeu, dernière étape de son long voyage-retour.

Malgré mon âge canonique, j’habite encore dans la grande maison familiale aux murs blancs et aux volets bleu ciel, située dans le hameau de Ker Bossy, au centre de l’île. Dieu merci, grâce au suivi médical personnalisé à distance (SMPD), les maisons de relégation pour personnes âgées dépendantes ont définitivement fermé leurs portes. L’euthanasie sans consentement individuel n’est plus qu’un mauvais souvenir. Chaque citoyen à le droit d’être suivi et soigné à domicile jusqu’au terme de son existence. Je bénéficie de l’aide d’un auxiliaire de vie à cause de mon grand âge qui fait de moi, depuis trois semaines, le doyen de la Province. Je suis le dernier Syrte né en 1972. Mon auxiliaire de vie s’appelle Marie, un jeune étudiant toujours soucieux de bien faire et à qui je n’ai rien à reprocher (sauf les jours où je suis de mauvaise humeur).

Je m’éteins lentement comme une bougie, mais je ne suis pas malade. Grâce aux cellules souches qui soignent des maladies autrefois incurables, mon Parkinson n’est plus qu’aucun mauvais souvenir. Cela dit, malgré les progrès de la science, il existe une barrière chrono-biologique qui fait qu’aucun être humain n’a réussi à dépasser les cent-soixante-deux-ans. Je sais donc que je vais bientôt mourir et rencontrer mon Créateur. Marie m’a aidé à m’habiller et à sangler correctement mon exosquelette. Je suis au crépuscule de ma vie et sans cet appareillage, mes jambes ne me portent plus. L’avantage est que je n’ai plus besoin de cannes. Je peux même trottiner mais pas longtemps, car le souffle finit par me manquer. Nous sommes partis à pied jusqu’à la gare aéroterrestre. Nous étions en avance, mais je tenais à être présent à l’arrivée de Dan’iel. Au bout de dix minutes qui m’ont paru interminables, le drone-bus est apparu à l’horizon. J’ai senti l’émotion me gagner…


1) Durée d’un jour solaire sur la planète Mars

2) Le temps de communication entre Mars et la Terre est compris entre trois et vingt minutes.

3) La force gravitationelle martienne correspond à 38 % de celle de la Terre. Une personne qui pèse 100 Kg sur la Terre, pèse 38 Kg sur Mars. La masse, quant à elle, ne change pas.

4) Nouveau nom de la Roche-sur-Yon

Le monde d’après

Si le cœur (vendéen) vous en dit, vous pouvez tout à fait participer à l’élaboration de ce nouveau système politique et social qui est transposable dans n’importe quel département ou région. Il vous suffit de m’envoyer vos propositions ou de les laisser en commentaire.

Essai de politique-fiction

Drapeau de la Nouvelle-Vendée – Drapo de la nuvèl-Vâdé

Sommaire

  1. Nouveau statut politique
  2. Découpage administratif
  3. Langue
  4. Représentation citoyenne
  5. Ordre public
  6. Justice
  7. Structures financières et budgétaires
  8. Respect de la vie humaine
  9. Alimentation
  10. Gestion et revalorisation des déchets
  11. Expression de la foi
  12. Promotion de la beauté
  13. Défense territoriale
  14. Transports
  15. Droits des animaux
PREambule

La Vendée, considérée comme la plus jeune province historique de France, a montré depuis plusieurs décennies, qu’elle n’avait pas peur d’innover et de prendre des risques, sans pour autant renier ses racines. Si elle devait avoir une devise, ce serait: « Mes racines sont des ailes ». La Vendée est plurielle mais lorsqu’un danger extérieur menace son intégrité, elle sait mettre ses différences de côté pour faire front commun. Aujourd’hui, ce qui est en jeu c’est la survie de nos enfants et de notre culture. Si notre planète se décompose, elle emportera dans ses entrailles toutes les bibliothèques et tous les musées du monde. Elle ne fera qu’une bouchée de la Joconde.

Deux choix s’offrent à nous. Nous pouvons capituler avant même d’avoir engagé le combat, et continuer à vivre dans l’insouciance sans nous préoccuper de la colère de Dieu… Ou bien nous acceptons de faire des sacrifices pour offrir à nos enfants un avenir. Ce billet de blog n’a pas d’autre prétention que de jeter quelques pistes de réflexion pour créer un nouveau système politique, social et écologique. Ma vision est iconoclaste mais je souhaite m’exprimer en toute liberté.

Nouveau statut Politique

Le département de Vendée devient la Province de Nouvelle-Vendée. La Roche-Sur-Yon, actuel chef-lieu de département, adopte le nom de Bonchamps et le titre de capitale. Dotée d’une autonomie très large, la Nouvelle-Vendée se place librement sous la protection de la République Française et réaffirme son appartenance à l’aire culturelle francophone. La langue officielle est le français.

Pourquoi Province

Parce que ce terme n’est pas administratif mais historique. Il nous rattache à une histoire et s’inscrit dans l’espace-temps, celui qui va du passé vers le futur, celui qui va des racines vers les feuilles. En outre, c’est un clin d’œil au particularisme de ce département. On dit toujours qu’à l’heure où les provinces françaises se transformaient en départements, la Vendée était le seul département qui se transformait en province. Contrairement à la collectivité territoriale, la province, n’est pas un simple échelon noyé dans le mille-feuilles administratif de notre pays. C’est un titre qui rend hommage au sacrifice des générations qui nous ont précédés.

Pourquoi Nouvelle-Vendée

Parce que ce nom regarde résolument vers l’avenir sans pour autant oublier ses racines. Il colle à la devise que j’ai donnée dans le premier paragraphe. La Nouvelle-Vendée restera bien sûr fidèle à la France, mais elle ne renoncera pas à une certaine forme de liberté et à une gouvernance locale originale.

Découpage administratif
Découpage Actuel

Actuellement, voici à quoi ressemble le mille-feuilles administratif auquel la Vendée est soumise. Prenons la petite commune de Tallud-Sainte-Gemme. Celle-ci appartient:

  1. au canton des Herbiers,
  2. à la communauté de communes du Pays de Pouzauges,
  3. à l’arrondissement de Fontenay-le-Comte,
  4. au département de la Vendée,
  5. à la préfecture départementale de Vendée,
  6. à la région des Pays-de-la-Loire,
  7. à la préfecture régionale des Pays-de-la-Loire,
  8. à la République Française,
  9. à l’Union Européenne.

Tout ceci est bien évidemment financé par des dons… Non, je plaisante! Ce découpage ubuesque est financé par vos impôts, c’est-à-dire par le fruit de votre travail et la sueur qui l’accompagne.

Nouveau découpage
  1. Cité. Ce terme remplace le mot commune.
  2. Province. Dotée d’un président et d’un gouvernement.
  3. République Française.

Les cités auront un nombre d’habitants compris entre 500 et 2000. Elles seront administrées par un chapitre formé de délégués dont voici le nombre.

Nombres d’habitants 500 1000 1500 2000
Nombre de délégués591317

Les communes actuelles de moins de 500 habitants devront donc se regrouper avec une commune voisine pour former une cité. Les villes actuelles de plus de 2000 habitants devront se diviser en plusieurs cités.

Langue

La langue provinciale sera le français. L’écriture inclusive se révélant inapplicable, sera abandonnée. Dans un souci d’égalité des chances, la province de Nouvelle-Vendée devra engager une réforme de l’orthographe dont l’objectif sera d’aligner complètement la prononciation sur l’écriture. Une lettre correspondra à un son. Un son correspondra à une lettre. Cela signifie que de nouvelles lettres vont faire leur apparition. Voici la traduction de ce paragraphe en français réformé:

La lâg provîsial è le frâsè. L’ékritür îklüsiv se révélâ inaplikabl, sera abâdoné. Dâ-z-î susi d’égalité dè ŝâs, la provîs de Nuvèl-Vâdé devra âgaĝé ün réform de l’ortograf dô l’obĝektif sera d’alinié côplètemâ la pronôsiasiô sür l’ékritür. ün lètr korèspôdra a î sô. Î sô korèspôdra a ün lètr. Sela sinifi ke de nouvèl lètr vô fèr ler aparisiô.

Quelques éléments d’explication

En français réformé, une lettre correspond à un son et un son correspond à une lettre. voici donc le nouvel alphabet qui compte 25 lettres. La seconde ligne est la correspondance dans l’alphabet actuel.

Frâsèaâbdefiîgĝklmnoôprsŝtüuvz
Françaisaanbdefiingujklmnoonprschtuouvz
  • Disparition des lettres c, h, j, q, w, x, y
  • Disparition des diphtongues an, on , un et in remplacées par â, ô, î
Représentation citoyenne
Chapitre et délégués

Le suffrage des électeurs sera aboli. Les délégués seront désignés tous les cinq ans par tirage au sort. Sauf cas de force majeure (maladie ou handicap entraînant une incapacité permanente), il ne sera pas possible de décliner le mandat, mais les délégués ne pourront en effectuer qu’un seul dans toute leur vie. Cette règle sera établie dans le but d’éviter toute addiction au pouvoir, source de corruption et de clientélisme. En son sein, chaque chapitre désignera par tirage au sort, un médiateur des débats dont la durée du mandat sera de douze mois. Son rôle, en début de séance, sera de proposer un ordre du jour et si celui-ci est adopté, de veiller à la bonne tenue des débats. Il ne sera pas autorisé à arbitrer un désaccord. À l’issue de cette mission, le médiateur redeviendra délégué et ne pourra pas être désigné pour un second mandat.

Président et gouvernement

Tous les quatre ans, un président et son gouvernement seront tirés au sort parmi les délégués. Le président et les ministres ne pourront effectuer qu’un seul mandat. Sauf cas de force majeure (maladie grave, condamnation…), la fonction ne pourra pas être déclinée.

Consultation citoyenne

Tous les mois, par Internet, les citoyens seront amenés à se prononcer sur les projets du gouvernement ou du chapitre de leur cité. Leur choix aura une valeur consultative forte. Dans la mesure du possible, il devra être respecté. Le conseil des ministres et les séances des chapitres seront filmés et diffusés en direct sur Internet.

Ordre public

L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté (Jean-Jacques Rousseau)

Garde citoyenne

Chaque cité entretiendra une garde citoyenne dont le personnel, employé à temps partiel, sera égal au nombre d’habitants divisé par cent. Les gardes seront désignés par tirage au sort parmi la population, pour une durée de douze mois et, sauf en cas d’inaptitude, ils ne pourront pas refuser le service. Il s’agira d’un corps de police non armé, chargé de résoudre les conflits en instaurant, si possible, les conditions d’un dialogue posé et pacifique. La garde citoyenne sera chargée de faire appliquer les lois relatives au respect des biens et des personnes.

Garde provinciale

Pour toute situation dépassant sa capacité d’intervention, la garde citoyenne pourra demander l’intervention de la garde provinciale, corps armé rattaché à la Défense provinciale.

Justice

En ce qui concerne les personnes condamnées, toute peine s’effectuera en travaux d’intérêts généraux. L’incarcération sera exceptionnelle. Ce traitement ne sera réservé qu’aux personnes présentant un danger pour elles-mêmes ou pour autrui. L’écrou sera levé dès que la prise en charge personnalisé permettra à la personne condamnée, d’effectuer son temps de réparation dans une activité étroitement liée à la nature. Cette décision sera prise par un collège d’experts pluridisciplinaire.

La peine de mort, qui n’est pas une décision appartenant aux hommes, ne sera jamais appliquée.

Structures financières et budgétaires
Monnaie

La Nouvelle -Vendée abandonne l’euro et adopte le denier (DNV). Le cours de départ est fixé à un euro pour un denier.

Système bancaire

Une banque publique sera créée par le gouvernement. Elle portera le nom de Banque Provinciale de Nouvelle-Vendée. Celle-ci n’aura pas le droit d’effectuer des opérations spéculatives. Elle ne devra proposer que des produits financiers éthiques qui contribueront au développement local. Le prêt à intérêt sera interdit. Si un citoyen souhaite s’acheter un bien et qu’il ne possède pas les fonds nécessaires à la transaction, il pourra s’adresser à la banque provinciale qui achètera le bien en question avant de lui revendre avec une marge bénéficiaire.

Revenu universel

Un revenu universel mensuel sera versé à tout citoyen dès sa naissance. Toutes les autres allocations seront supprimées. La création du revenu universel a pour objectif de libérer les énergies. Chaque citoyen, délivré de la crainte du licenciement, aura le temps de mûrir un projet professionnel sérieux, de poursuivre des études, ou de se contenter de son revenu universel. Le revenu universel, dont le montant sera le même pour tout le monde, sera versé automatiquement sur le compte de chaque citoyen, le 1er du mois. Le personnel administratif en charge du versement de cette allocation, sera donc très réduit.

Impôts Et taxes

Toutes les taxes (d’habitation, foncière, sur la valeur ajoutée, etc…) seront supprimées. Il ne subsistera qu’un impôt sur les revenus engendrés par l’activité professionnelle. La dette publique sera interdite et immédiatement corrigée par une baisse du revenu universel versé à chaque citoyen. La Province ne dépensera que l’argent qu’elle possède. Tout excédent budgétaire se traduira par une augmentation du revenu universel.

Respect de la vie humaine

Des réformes radicales permettront à chacun de vivre dignement et d’affirmer sa singularité. Toute vie est sacrée. La mise à mort d’un être humain, quel que soit son niveau de division cellulaire, quel que soit son âge, quel que soit son crime, sera interdite. L’être humain n’est pas un bien de consommation. Par conséquent, la gestation pour autrui sera interdite. L’adoption sera autorisée, mais l’enfant devra pouvoir être en mesure de retracer ses origines. Un être vivant qui n’a pas de racines, ne peut pas se développer. Pour trouver son chemin dans la vie, sans s’égarer, il faut savoir d’où l’on vient. L’eugénisme, rejeton de l’idéologie national-socialiste, sera interdit, tout comme le clonage qui nie le caractère unique de chaque être humain.

Un troisième genre sera créé pour les personnes non binaires. Toute personne sera respectée dans sa singularité sans que cela ne conduise à une dictature des minorités. Cela signifie que le modèle de couple homme/femme sera reconnu comme la norme car très largement majoritaire mais qu’il ne devra pas empêcher l’expression des différences personnelles et qu’il ne devra pas conduire à des actes de ségrégation sociale. Le mariage restera ouvert aux personnes du même sexe. La polygamie sera interdite.

Alimentation

Tout citoyen aura droit à une alimentation biologique saine et équilibrée. Chaque cité veillera à ce que l’autonomie alimentaire soit assurée, dans le respect des normes de qualité et de sécurité. Pour ce faire, il sera créé dans chaque cité un département de maraîchage biologique ainsi qu’un département de chasse et d’élevage respectueux du bien être des animaux. Les abattoirs industriels seront interdits. Toute mise à mort d’un animal devra épargner à ce dernier, douleurs et souffrances inutiles. Elle pourra être précédée d’une cérémonie spirituelle mais elle ne devra pas être soumise à un rite religieux contraignant. Qu’elle soit issue de l’élevage ou de la chasse, la consommation de viande ne devra pas dépasser trois cents grammes par personne et par semaine.

Gestion Et Revalorisation des déchets

En ce qui concerne la gestion des déchets, tout gaspillage sera éliminé. Dans le souci de faire prendre conscience de la quantité de déchets à recycler ou à enfouir, et dans l’objectif de préserver l’environnement, la collecte, le tri des ordures et leur revalorisation seront assurés à tour de rôle par tous les citoyens valides de la cité, sans aucune exception. Tout ce qui peut être réparé le sera.

Expression de la foi

Toute personne sera libre de pratiquer sa foi sans être inquiétée, tant que celle-ci ne s’avère pas aliénante et qu’elle n’empiète pas sur la liberté d’autrui. Toute personne sera libre de changer de religion ou de se déclarer non croyante. La Nouvelle-Vendée sera une province réaffirmant ses racines judéo-chrétiennes, mais ouverte aux autres traditions religieuses. Aucun culte ne sera subventionné. Le blasphème ne constituera pas un délit mais tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions, devront prendre garde de ne pas blesser autrui, et faire preuve de respect les uns envers les autres. Toutes les religions présentes en Nouvelle-Vendée devront accepter le principe d’égalité homme-femme. Cela veut dire que l’expression de l’infériorité de la femme au travers d’un attribut vestimentaire, sera interdite. Cela signifie également qu’une femme pourra devenir prêtre catholique ou imam.

Promotion de la beauté

Considérant que la laideur architecturale associée au béton et à l’absence de nature, est source de souffrance et de déshumanisation et qu’elle explique en grande partie l’état de délabrement des banlieues françaises, chaque cité devra faire en sorte que toute construction ou toute activité soit guidée par un impératif de beauté. Les façades en murs-rideaux, les bâtiments industriels recouverts de bardage seront interdits. La pierre et le bois seront les deux seuls matériaux autorisés. Toute nouvelle construction ne devra pas dépasser deux étages. La végétalisation des façades sera encouragée. Les activités artistiques tiendront une place importante à l’école. La philosophie sera également enseignée tout au long du temps de scolarité obligatoire.

Défense territoriale

Le service militaire sera en vigueur pour les hommes comme pour les femmes à partir de dix-huit ans. Sa durée sera de six mois et il s’effectuera au sein de la Défense Provinciale (DP). Une période de remise à niveau d’une semaine aura lieu tous les ans, jusqu’à quarante ans. Les règles d’engagement devront respecter la convention de Genève. Par conséquent, en mémoire du pardon accordé par Bonchamps à cinq mille soldats républicains, l’ennemi vaincu qui est notre frère en humanité, devra recevoir soins et nourriture. Il ne pourra être ni torturé ni abattu sommairement. Toute intervention en dehors des frontières provinciales sera interdite. Les défenseurs garderont leur équipement, leur arme et des munitions chez eux, dans une caisse sécurisée. En cas de mobilisation, chaque défenseur recevra un code d’ouverture et devra rejoindre sa caserne.

Camarades, vous m’avez obéi jusqu’à ce jour, qui est le dernier de ma vie ; en qualité de votre commandant, je vous ordonne de pardonner à mes prisonniers. Si l’ordre d’un chef mourant n’a plus de pouvoir sur vous, je vous en prie, au nom de l’humanité, au nom de Dieu, pour lequel vous combattez ! camarades, si vous dédaignez mon ordre et ma prière, je vais me faire porter au milieu de mes prisonniers et de vous, et vos premiers coups tomberont sur moi. (Bonchamps)

TRANSPORTS

Un réseau dense de drones de transport sera mis en place. Il devra desservir tout le territoire provincial. Le transport de marchandises sera assuré par des drones-lourds, le transport de passagers par des drones-bus. Lorsque que cette infrastructure sera complètement opérationnelle, les véhicules personnels motorisés tout comme les poids-lourds seront interdits de déplacements en surface. Une grande partie du réseau routier sera alors transformée en chemins ou sentiers pédestres, tandis que le reste sera végétalisé.

DROITS DES ANIMAUX

Les abattoirs et élevages industriels seront interdits. Compte tenu du fait qu’un animal n’est pas en capacité de comprendre ce qu’est la guerre, aucun animal ne pourra être engagé dans des opérations de combat. L’être humain est supérieur aux animaux dans le sens où il a, envers ces derniers, un devoir de protection. Tout acte de cruauté envers un animal entraînera une condamnation identique à celle qui aurait été infligée à un homme coupable du même crime envers l’un de ses congénères. Il n’y aura aucune différence. La chasse sportive sera interdite. Seule sera autorisée la chasse de subsistance et la chasse visant à réguler des populations animales présentant un danger grave et immédiat pour l’homme. Les citoyens seront encouragés à devenir végétariens sans que cela ne devienne jamais une obligation. Dès l’école primaire, les jeunes citoyens seront sensibilisés à la question animale et pratiqueront des activités périscolaires telles que l’équitation.

À SUIVRE…