Kepler-186f

Il y a quelques jours, la NASA a annoncé la découverte d’une exoplanète aux caractéristiques tout à fait extraordinaires. Baptisée Kepler-186f, c’est une planète de la taille de la Terre qui orbite dans la zone habitable de son étoile. Il s’agit d’une planète tellurique (c’est-à-dire rocheuse) dotée probablement d’une atmosphère. De l’eau liquide coule peut-être à sa surface et elle est susceptible d’abriter la vie.

kepler186f

Kepler-186f est située dans le système solaire Kepler-186. C’est la cinquième planète de ce système comme l’indique la lettre f. Kepler-186a est le nom donné à l’étoile. La planète la plus proche est donc Kepler-186b, la deuxième planète est Kepler-186etc. Kepler 186-f gravite autour de son étoile, une naine rouge située dans la constellation du Cygne en un peu plus de 129 jours (période de révolution). Son rayon correspond à 1,1 fois celui de la Terre.

RedDwarfNASA

Kepler 186-f est situé à environ 490 années-lumière de notre soleil, soit 4,6 millions de milliards de kilomètres. C’est une distance considérable qui, en l’état actuel de notre technologie, nous empêche d’envisager une quelconque expédition. A la vitesse de 38000 km/h (la vitesse de croisière du vaisseau Apollo XI), il nous faudrait 14 000 000 d’années pour l’atteindre. Les astronomes ont déterminé sa position grâce à la méthode de détections des exoplanètes appelée transits mais il est encore impossible d’observer directement sa surface. Pour cela, il faudra utiliser des télescopes beaucoup plus puissants ou bien concevoir un vaisseau spatial capable de s’affranchir de la vitesse de la lumière.

La distorsion de l’espace-temps et la possibilité de voyager plus vite que la lumière

La métrique d’Alcubierre énoncée par le physicien Miguel Alcubierre est un modèle mathématique qui permettrait de voyager dans le cosmos sans avoir besoin d’accélérer. Sous certaines conditions bien précises, cela permettrait de « shunter » la limite de la vitesse de la lumière et d’atteindre ainsi d’autres systèmes solaires en un temps relativement court. Il parait que la NASA s’intéresse de très près à ce phénomène…

Mais de quoi s’agit-il au juste? En fait, la métrique d’Alcubierre est un modèle mathématique imaginé en 1994 par le physicien mexicain Miguel Alcubierre. Cela consiste à contracter le tissu de l’espace-temps à l’avant d’un vaisseau et à le dilater à l’arrière de celui-ci. Le vaisseau naviguerait sur cette vague à l’intérieur de ce que le physicien appelle une bulle de chaîne en espace plat. Le vaisseau ne se déplacerait pas… C’est la bulle qui se déplacerait si bien que les effets relativistes conventionnels tels que la dilatation du temps ne s’appliqueraient pas de la manière qu’ils le feraient normalement pour le cas d’un vaisseau se déplaçant à une vitesse relativiste. Il deviendrait alors possible de s’affranchir de la limite de la vitesse de la lumière. Mais toute la difficulté consiste à créer cette bulle de chaîne en espace plat.

Je vous laisse le soin de visionner cette vidéo qui vous donnera de plus amples informations sur ce modèle mathématique et sur ses applications futures.

Deinococcus radiodurans

J’ai découvert un être étrange qui répond au joli nom de deinococcus radiodurans. Ce n’est certes pas un animal de compagnie puisqu’il s’agit d’une bactérie mais elle possède des facultés tout à fait hors du commun. Voici à quoi elle ressemble :

deinococcus_radiodurans

C’est une bactérie de type extrémophile, c’est-à-dire qu’elle est capable de résister en milieu hostile et force est de constater qu’elle est particulièrement coriace. Deinococcus radiodurans est l’un des organismes les plus radiorésistants connus au monde. Cette bactérie présente une résistance impressionnante, notamment aux UV, aux radiations ionisantes, au peroxyde d’hydrogène, au vide, à l’acide, aux températures extrêmes, au dessèchement, au froid et à la famine. En fait, il n’y a pas grand chose qui la perturbe. Cette capacité de résistance est due à sa structure cellulaire particulière et à son système très perfectionné de réparation de l’ADN, qui lui permet même de « ressusciter » quelques heures après sa mort (Source : Wikipedia).

Sa capacité de survie hors du commun a attiré l’attention des chercheurs et des spécialistes de la gestion des déchets car, avec des petites manipulations génétiques, elle serait capable de digérer toutes sortes de déchets et d’intervenir en milieu radioactif ce qui ouvre d’intéressantes perspectives dans un monde qui a besoin de régénérer son environnement pour survivre.

Le premier téléphone portable (ou plutôt portatif)

Le 6 Mars 1983 est une date historique puisque c’est le jour où fut commercialisé le premier téléphone portable. Cet exploit est à mettre au crédit de la société MOTOROLA. Ce modèle légendaire avait été baptisé DynaTAC 8000X et comme vous pouvez le constater sur cette photo, il était en effet possible de le porter :

DynaTAC8000X

Ci-dessous, voici la photo du Docteur Martin Cooper qui a effectué le premier appel de toute l’histoire de l’humanité depuis un téléphone portable. C’était le 4 Avril 1973. Il était alors directeur général de la division communication chez motorola. Il a passé l’appel dans les rues de New York, sous les yeux héberlués des passants.

Martin_Cooper

Et comment ce brave monsieur a-t-il eu l’idée de développer le premier téléphone mobile? Tout simplement en regardant un épisode de la série Star Trek où on aperçoit le Capitaine Kirk donner des ordres à monsieur Spock en utilisant son « communicator » c’est-à-dire un téléphone portable ultrasophistiqué puisque les appels ne nécessitent pas de transiter par des satellites. Voici donc l’appareil fictif qui a donné naissance à tous les téléphones portables et tous les smartphones du monde :

communicator