Chapitre 3

“Connexion à la conscience universelle dans dix secondes!… neuf… huit… sept… six… cinq… quatre… trois… deux… un… Top connexion!

– Bonsoir cher public! et bonsoir à vous, cheres bioconnectées. Vous êtes très nombreuxes ce soir à avoir choisi Genesis pour égayer votre samedi soir et au nom des neuf élues enfermées dans le purgatoire, je tiens à vous remercier pour ce choix ô combien judicieux. Croyez-moi, vous n’allez pas être déçues!

(Applaudissements du public)

– Ce soir, je vous promets du spectacle, du suspense mais également beaucoup d’émotion puisque dans un peu plus de deux heures, nous saurons qui, de Requiem-2 ou de Roboam, vous avez décidé d’éliminer. Car je vous le rappelle, c’est VOUS et VOUS seul qui décidez. Pour cela, cheres bioconnectées, deux codes vont s’afficher au fond de vos rétines : ᎹᎶᎭ si vous décidez d’éliminer Requiem-2, ou bien ᏪᏨᏫ si vous décidez d’éliminer Roboam.

(Applaudissements du public)

– Cheres bioconnectées, nos deux élus nominés ont plus que jamais besoin de votre soutien. Ce soir, je vous le rappelle, ils jouent leur avenir! C’est une grande soirée qui nous attend, pleine d’émotions, pleine de suspense et pour m’accompagner ce soir, j’ai le plaisir d’avoir à mes côtés Kari-4, notre initiatrice, ainsi que notre psychiatre Stéfany Ko’resh qui recueille chaque jour les confessions de nos élues. Je les remercie de leur présence sur ce plateau et au nom du public nombreux ce soir, je leur souhaite la bienvenue.

(Applaudissements du public.)

Le modérateur Arpad Andrassy enchaîna:

– On me dit en régie que la connexion avec le purgatoire est imminente… oui … c’est OK! Bien! nous sommes en connexion avec le purgatoire.

Sur l’écran géant, les neufs élues que la production avait préalablement rassemblés dans le séjour, se matérialisèrent lentement. L’éclairage du purgatoire était blafard, l’atmosphère sinistre et les candidats arboraient des visages plus ou moins décomposés.

Roboam et Requiem-2 étaient assis l’un à côté de l’autre. Ils se tenaient à l’écart des autres élues comme deux lépreux. Ils jouaient leur vie, leur unique existence. Roboam ne pouvait pas cacher son épouvante, il était au bord de la décompensation. Quant à Requiem-2 le clone, il arborait comme à l’accoutummée, un sourire plein de morgue. Son heure était enfin arrivée. Le spectacle allait pouvoir commencer!

– Bonsoir, courageux élues du purgatoire. Comment allez-vous ce soir?

…Personne ne daigna répondre. Le modérateur continua:

– J’imagine que vous partagez l’angoisse de vos deux amis nominés?

– Oui, bien sûr… bredouillèrent-ils timidement.

– Je sais que pour vous, ce soir, il s’agit d’une épreuve terrible puisque vous allez assister au départ définitif d’un élu avec qui vous aviez peut-être noué des liens d’amitié très forts durant cette première semaine et ici sur le plateau, le public et moi-même avons une pensée toute particulière pour Anoushé…

Zoom du caméradrone… Dans toutes les rétines des bioconnectées, apparut le visage en pleurs d’Anoushé. Le modérateur patienta quelques secondes pour que l’émotion ait le temps de faire son œuvre puis il enchaîna par une question :

– Alors Anoushé, je me tourne vers vous. Les bioconnectées et moi-même, nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt vos aventures durant cette première semaine. Dès le premier jour, votre relation avec Roboam a été placée sous le signe d’une profonde amitié. Vous l’avez toujours défendu même dans les moments les plus difficiles… notamment lorsqu’il subissait le châtiment du carcan… Et au fil des jours, ce qui devait arriver arriva, une histoire d’Amour est née. Cet Amour, vous l’avez partagé mardi soir en osmose avec des millions de bioconnectées. Nous savons toutes qu’il est sincère et nous espérons qu’il triomphera du pire. En tout cas, Anoushé, quoiqu’il arrive ce soir, je veux que vous sachiez que nous sommes de tout cœur à vos côtés.

Le modérateur était au bord des larmes. Anoushé, quant à elle, était effondrée. Le caméradrone s’attardait sur son visage décomposée par les larmes. Philip, qui n’avait pas nominé Roboam se rapprocha et la prit dans ses bras pour la consoler. Elle pleurait elle aussi. Cela dura presque cinq minutes avant que la connexion avec le purgatoire ne fût interrompue. D’une voix que l’émotion rendait chevrotante, Arpad Andrassy enchaîna:

– Nous vivons à l’instant un incroyable moment d’émotion et c’est EN DIRECT sur Genesis. Je me tourne maintenant vers la famille de Roboam… Citoyenne, Citoyen, Bonsoir et merci d’avoir accepté notre invitation. Je sais que pour vous aussi ce soir, il s’agit d’un moment extrêmement éprouvant.

Une caméra se braqua sur les visages en pleurs des éleveures de Roboam. L’éleveuse, toute de blanc vêtue, portait un long voile d’où s’échappaient quelques mèches de cheveux. Très pâle, elle ressemblait à une apparition spectrale. L’éleveur séchait ses larmes avec un mouchoir. Il portait un costume gris trop large sur une chemise fuchsia et au lieu d’une jupe, un pantalon. Le modérateur s’adressa en premier à l’éleveuse éplorée:

– Citoyenne, ce soir, votre fils, est en grand danger. Vous l’apercevez actuellement sur l’écran connecté avec le purgatoire… Lui pour l’instant, ne peut ni vous entendre ni vous voir. Dans quelques minutes vous serez mis en relation avec votre fils bien-aimé… la chair de votre chair. Vous pourrez lui parler. Vous pourrez lui dire combien vous l’aimez… Il est très angoissé et à sa place, on le serait évidemment tout autant. Il a été nominé par les élues de genre féminin pour défier Requiem-2… Requiem-2 le Terrible! Citoyenne, comment expliquez-vous la nomination de votre fils?

Après un temps d’hésitation et quelques sanglots difficiles à étouffer, l’éleveuse de Roboam répondit comme elle put, à la question du modérateur :

– Justement, je voudrais bien comprendre pourquoi les filles…

– Les élues de genre féminin, rectifia le modérateur.

– Oui… pourquoi elles ont nominé mon fils qu’il a rien fait. Il est toujours gentil avec tout le monde. Toujours il fait ce qu’on lui dit de faire. Jamais le bagne… toujours poli. Le meilleur de mes fils!

Le modérateur la coupa:

– Peut-être est-ce son comportement parfois violent qui explique le choix des filles. Même si c’était dirigé contre Requiem-2, elles ont peut-être eu peur que cette violence finisse par se retourner contre elles un jour ou l’autre. Vous ne croyez pas?

C’est l’éleveur qui répondit à la question du modérateur :

– D’abord mon fils, il a fait que se défendre et puis ce que je crois, c’est qu’il a été nominé parce que c’est un fils des Terres de Khelif!

À ces insinuations, le public se mit à protester bruyamment, en sifflant mais aussi en frappant des pieds… Çà et là fusèrent quelques injures.

Une entité visiblement de genre masculin profita du chahut pour descendre et se faufiler sur le plateau. Elle n’était plus qu’à un mètre des éleveures de Roboam lorsque les gendarmes andrones se décidèrent à intervenir pour la neutraliser. L’entité brandissait un couteau à cran d’arrêt et menaçait de mort l’éleveur du nominé. Le modérateur éprouva les plus grandes difficultés à reprendre le contrôle de l’émission.

– S’il vous plaît… S’il vous plaît cher public…

– Ouhhhhhh!!…

– S’il vous plaît! calmez-vous… calmez-vous… l’incident est clos!

– Ouhhhhhh!!

– L’incident est clos. Nous reprenons le direct… Nous reprenons le direct! dit le modérateur avant de se retourner vers l’éleveur de Roboam:

– Citoyen, je ne peux pas vous laisser balancer de telles contre-vérités! Par cette insinuation, vous insultez les élues qui ont choisi de nominer votre fils et je ne peux pas l’accepter. Roboam connaissait les règles du jeu avant de pénétrer dans le purgatoire. Il doit s’y plier. Citoyen, par la teneur de vos propos, c’est une communauté entière que vous déshonorez, en l’occurence la vôtre!

Submergé de honte, l’éleveur de Roboam baissa la tête. Il n’arrivait plus à soutenir le regard inquisiteur du modérateur:

– Bien!… Après cette mise au point, nous reprenons le cours de l’émission. Je vous rappelle, cheres bioconnectées, les codes qui s’affichent au fond de vos rétines : ᎹᎶᎭ si vous décidez d’éliminer Requiem-2, ou bien ᏪᏨᏫ si vous décidez d’éliminer Roboam. La balle est dans votre camp! Je vous rappelle que même s’ils sont déjà célèbres et qu’ils gardent encore toutes leurs chances de remporter la reconstruction génétique intégrale promise auà la gagnante, pour nos deux élus, ce soir, tout peut basculer. Vous tenez leur avenir entre vos mains. En attendant le moment du verdict, je vous propose de suivre un petit résumé de la première semaine à l’intérieur du purgatoire. C’est parti!

Le direct laissa la place à un condensé des événements qui avaient marqué cette première semaine. Les différentes provocations de Requiem-2 mais également ses altercations avec Roboam étaient largement évoquées. On n’oublia pas non plus d’insister sur le caractère bien trempé de certaines personnalités du jeu. Anaïs était présentée comme une fille de bonne famille, une petite bourgeoise comploteuse et gâtée par la vie. Elle avait “trahi” Anoushé en nominant Roboam. Elle était l’instigatrice de cette conspiration sordide qui allait peut-être condamner Roboam. Elle n’hésitait pas à jouer avec la vie des autres élues pour parvenir à ses fins. Pour elle, l’existence d’une entité humaine n’avait pas plus de valeur que celle d’un cafard.

La nudité de Paix-sur-Terre était analysée. Le reportage qui concernait cette dernière était entrecoupé de réflexions émises par un psychiatre expert en exhibitionnisme qui expliquait ce trouble par un traumatisme subi lors de la prime enfance. Son corps nu était montré aux bioconnectées avec une « mosaïque » recouvrant ses parties intimes. Vol’goor était inflexible sur ce point.

L’histoire d’Amour entre Philip et Pleine-Conscience n’était pas évoquée car elle était pour l’instant hors d’intérêt. Leur semaine avait été plutôt fade. Ces deux élues, un peu trop transparentes au goût de l’initiatrice, n’étaient pas nominées. Leur heure de gloire n’était pas encore arrivée mais elle finirait bien par se présenter.

En revanche, du fait que Roboam était nominé, la relation entre ce dernier et Anoushé était disséquée à outrance. Les images de leur premiers baisers et de leur nuit d’amour torride filmée par un caméradrone infrarouge inondèrent le canal de la conscience universelle réservé à On ira toutes au Paradis.

La présentation de Requiem-2 suggérait qu’il présentait tous les symptomes d’un psychopathe. S’il était éliminé ce soir, sa famille ne risquait pas de le regretter car il n’en avait plus. Ses éleveursveuses avaient été vaporisés lors d’une rentrée atmosphérique alors qu’il n’avait que six ans. Il avait navigué de famille d’accueil en centre d’hébergement jusqu’à sa majorité. Depuis, il vivait de l’allocation universelle. La production, appuyée par l’analyse du psychiatre Stéfany Ko’resh n’hésitait pas à sous-entendre une erreur de casting dans la présence de ce clone probablement mal dupliqué.

Le résumé de cette première semaine se termina par l’évocation des tendances suicidaires de Lazare. Ce dernier voulait à tout prix quitter le purgatoire et pour ce faire, il avait mené une véritable campagne pour inciter les élues à le nominer. Cette campagne avait échoué lamentablement. Stéfany Ko’resh insista sur le sentiment d’infériorité qui rongeait la conscience de Lazare. Il vivait dans une situation d’échec permanent ce qui expliquait son comportement suicidaire. Il ne réussissait rien. Pour l’heure, il n’y avait pas grand chose à faire. Le psychiatre expliqua qu’il avait bien tenté de lui proposer un traitement aux antidépresseurs mais Lazare avait refusé son aide. Il était majeur et Stéfany Ko’resh ne pouvait pas le soigner contre son gré.

Arpad Andrassy reprit la parole. L’émission arrivait à son terme.

– Citoyennes, citoyens, cher public, chers bioconnectées à la concience universelle, le moment que vous attendez toutes est enfin arrivé. Ce n’est plus la peine de communiquer votre code. Les votes sont clos depuis vingt-deux heures quarante-cinq, c’est-à-dire depuis un peu plus de deux minutes. Alea jacta est, le sort en est jeté. Les derniers codes contre Requiem-2 ou contre Roboam sont comptabilisés et la régularité du vote est contrôlé par le Préfet Lakush. C’est lui qui, dans quelques secondes va m’apporter l’enveloppe contenant le nom de l’élu que vous et vous seules, chers bioconnectées, avez décidé en votre âme et conscience d’éliminer d’On ira toutes au Paradis

Sur le plateau et dans le public, le silence était absolu. A l’intérieur du purgatoire, la tension était à son comble. Si Requiem-2 ne laissait pas transparaître sa frayeur, Roboam, quant à lui, était d’une pâleur spectrale. Un des caméradrones dissimulées derrière les miroirs sans tain du séjour, zooma sur le visage en larmes d’Anoushé. Philip, sa meilleure amie, la serrait dans ses bras sans réussir à la calmer.

Le Préfet Lakush fit son entrée sur le plateau avec la précieuse enveloppe. Il n’avait pas de jambes ni de bassin. Son buste reposait directement sur un drone qui lui permettait de se déplacer à sa guise. Il tendit l’enveloppe au modérateur et disparut dans les coulisses aussi sec. Arpad Andrassy, immobile et muet, fixa la caméra quelques secondes, des secondes aussi longue que l’éternité pour le public et les bioconnectées impatientes d’assister au clou du spectacle : l’élimination.

Arpad Andrassy s’adressa une dernière fois aux deux nominés:

– Tout d’abord… je voudrais vous souhaiter très sincèrement à tous les deux, Bonne chance.

Les nominés ne disaient rien. Roboam gardait la tête baissée tandis que Requiem-2, par l’entremise du caméradrone, fusillait de son regard noir, les millions de bioconnectées qui venaient peut-être de l’éliminer. Le modérateur enchaîna:

– J’ai, dans la main, l’enveloppe qui contient le prénom de celui qui sera éliminé ce soir. Avant de l’ouvrir, je vais vous accorder à tous les deux une dernière faveur. Requiem-2, vous n’avez pas de famille présente ce soir, sur le plateau. Je vous laisse deux minutes pour vous adresser au public… pour lui dire ce que vous avez sur le cœur.

En guise de réponse, Requiem-2 arbora le majeur tendu de sa main gauche. Des éclats de rire ainsi que quelques applaudissements fusèrent dans le public. Le modérateur ne s’attarda pas sur cette ultime provocation de l’enfant terrible du purgatoire. Il donna la parole à Roboam:

– Roboam, vos éleveursveuses sont présents ce soir à mes côtés. Ils vous voient et ils vous entendent. Vous pouvez vous adresser à eux, leur dire que vous les aimez. La parole est à vous Roboam.

Ce dernier qui était terrifié par l’enjeu, semblait ne plus rien entendre. Le modérateur insista:

– Allez-y Roboam, vos éleveursveuses vous écoutent.

– Papa… Maman… Je vous aime et je vous demande pardon… A peine avait-il prononcé ces quelques mots qu’il éclata en sanglots.

Sur le plateau, ses éleveursveuses étaient effondrés. Son éleveur, pleurait toutes les larmes de son corps tandis que l’esprit de son éleveuse sombra dans la folie. Elle se mit à hurler et à se rouler par terre. Le modérateur réclama un androne sanitaire qui intervint immédiatement acommpagnés de deux cerbères. Ces derniers n’eurent aucun mal à immobiliser l’éleveuse de Roboam afin que l’androne lui administre un puissant calmant par voie intraveineuse. La pauvre femme sombra presque instantanément dans une profonde torpeur. Aussitôt, les cerbères l’évacuèrent dans les coulisses en compagnie de son mari.

Sur le plateau, le désordre était indescriptible. Le public, lui aussi, semblait perdre contenance. On entendait des cris, des pleurs… La plupart des entités de genre féminin ne supportait plus le spectacle… Certaines d’entre elles, à bout de nerfs, préféraient quitter le studio. Mais les cerbères les forçaient à regagner leur place. Le direct n’était pas terminé; le canal était toujours ouvert. Il était hors de question de laisser une partie du public s’enfuir au moment du dénouement. Arpad Andrassy dut user de tout son talent de modérateur pour réussir à rétablir le calme.

Heureusement, les spots publicitaires et les bandes-annonces avaient été envoyés dans le canal juste après l’évacuation de l’éleveuse de Roboam de sorte que les bioconnectées à la conscience universelle n’assistèrent pas à cette indescriptible pagaille. Après la dernière publicité, ils retrouvèrent un plateau où régnait un silence glaçant et où trônait, en son centre, un modérateur au visage défait qui tenait dans ses mains une banale enveloppe. Pourtant, cette enveloppe représentait pour l’un des deux nominés son faire-part de décès. Dans un silence total, Arpad Andrassy s’adressa au caméradrone qui s’était positionné à deux mètres de son visage:

– Le suspense… est arrivé à son terme. Je vais décacheter l’enveloppe dit-il en l’ouvrant très lentement. Elle contient le nom de celui qui est éliminé ce soir…

La tension sur le plateau avait atteint son apogée. Des millions de bioconnectées occidentales avaient les yeux rivés sur les images que leurs rétines projetaient. La majorité d’entre elles confortablement installées sur leur banc de méditation, hurlait au scandale. C’était une honte d’être obligé de regarder une émission aussi abjecte, surtout à une heure de grande écoute, quand les enfants ne sont pas encore dans leur hamac car les enfants regardaient… Tout le monde criait au scandale mais personne n’aurait manqué ce rendez-vous de la honte.

– Celui qui est éliminé ce soir… Celui qui est éliminé ce soir…
– C’est…

– ROBOAM!

Aussitôt sur le plateau, des applaudissements se mêlèrent à des cris et des sifflets de protestation. La pagaille était telle que, pour rétablir un semblant d’ordre, on dut faire appel à une partie des gendarmes andrones parqués dehors en attente d’intervention.

Dans le purgatoire, à l’énoncé du verdict, c’était la consternation parmi les élues… sauf pour Requiem-2 qui partit dans un grand éclat de rire. Roboam, quant à lui, semblait pétrifié. Les yeux vidés de toute étincelle de conscience, il n’avait plus aucune réaction. Anoushé se jeta sur lui en hurlant de douleur.

– Nooooooooooooooon!!!!!!!!! C’est pas juste!! C’est pas juste, criait-elle.

Philip sanglotait sur l’épaule de Pleine-Conscience. Anaïs et Paix-sur-Terre étaient livides. C’était un véritable cauchemar. Elles étaient responsables de l’élimination de Roboam car elle l’avaient nominé en se persuadant qu’il ne risquait rien mais les bioconnectées n’avaient pas voté comme elles l’avaient imaginé. Ces derniers avaient choisi de garder celui qui les avait martyrisés depuis le début du jeu. Il faudrait supporter Requiem-2 encore deux semaines puisque la semaine prochaine, c’était au tour d’une élue de genre féminin d’être éliminée… Et dans deux semaines, si Requiem-2 était nominé à nouveau, serait-il éliminé par les bioconnectées? Rien n’était moins sûr : Requiem-2 assurait le spectacle. Il faisait exploser l’audience. Les bioconnectées n’avaient aucune raison de l’éliminer… ni la direction de Genesis.

Très vite, deux andrones en robe blanche accompagnés de trois cerbères en tenue lourde d’intervention, pénétrèrent dans le purgatoire. Ils traversèrent le jardin au pas de course et entrèrent dans le séjour où se trouvaient Roboam et les huit élues restants. En les voyant, Roboam comprit que le jeu auquel il participait n’était pas un fake. Il venait d’être éliminé du purgatoire. Les deux andrones en robe blanche immaculée et les trois cerbères venaient le chercher. Alors, dans un dernier instinct de survie, Roboam essaya de s’enfuir. Il esquiva le premier androne, assomma le second d’un coup de poing au visage assez puissant pour endommager son revêtement dermique et mettre à nu quelques composants électroniques mais il ne put échapper aux cerbères qui le plaquèrent violemment au sol et l’immobilisèrent. Roboam hurlait:

– Non! Non! Pitié! Pitié! Laissez-moi partir. Je ne voulais pas participer au jeu. Pitié!

A la vue de ce spectacle, Requiem-2 ne pouvait plus s’arrêter de rire. Anoushé, devenue hystérique s’était jetée sur les cerbères pour essayer de libérer Roboam. Deux autres cerbères arrivèrent en renfort, la maîtrisèrent et la conduisirent dans le jardin où elle fut immobilisée dans un carcan. Pendant ce temps, les élues restantes, incapables de supporter ce spectacle, se réfugièrent dans le dortoir. En l’espace de quelques minutes, le purgatoire s’était transformé en antichambre de l’enfer, avec dans le rôle de Belzébuth, Requiem-2 qui se réjouissait ouvertement du sort qui attendait Roboam.

Ce dernier fut bâillonné puis menotté aux poignets et aux chevilles avant d’être extrait du purgatoire sans ménagement. Dans le sas de sécurité qui communiquait avec l’extérieur, l’un des andrones en robe blanche lui administra discrètement par voie intraveineuse, une dose de thiopental sodique.

La porte extérieure du sas de sécurité s’éleva lentement. Dehors, derrière deux haies de gendarmes andrones, une foule hystérique l’attendait. Les clameurs étaient assourdissantes. Roboam fut extrait et escorté par les cerbères. A gauche, la production avait rassemblé celles qui le supportaient. Iels criaient, pleuraient ; leurs yeux augmentés projetaient des banderoles laser dénonçant l’injustice ou le racisme responsable de l’élimination prématurée de leur élu. La plupart était originaire des Terres de Khelif. A sa droite, Tous les adversaires de Roboam chantaient, sautaient de joie, l’insultaient et lui crachaient dessus comme s’il était le pire des tueurs en série. Cette traversée sous les injures et les crachats lui sembla durer une éternité. Il avait l’impression que le temps s’étirait, que les secondes défilaient très lentement. Le sédatif commençait à faire son effet. Peu à peu, il perdait pied avec la réalité. Les clameurs et les vociférations de la foule en délire lui parvenaient de plus en plus étouffées. Il avait l’impression que son corps physique commençait déjà à s’évaporer.

Roboam était cerné par une meute de caméradrones. La guillotine avait été dressée dehors sur un échafaud tout près de l’entrée du studio d’enregistrement. de telle sorte que toute la foule puisse profiter du spectacle. Roboam, dans un état second, ne distingua rien d’autre qu’une forme floue qu’il prit pour un géant de trois mètres de hauteur lui souriant. Au moment de gravir les marches de l’échafaud, il perdit connaissance.

Il fut allongé sur le sol au pied de la guillotine et mis en position latérale de sécurité. À la demande des deux andrones en robe blanche, un technicien de l’équipe médicale grimpa sur l’échafaud et, armé de son stéthoscope, il ausculta brièvement Roboam avant de lui prendre le pouls. Puis, à l’adresse des andrones, il fit un signe de la tête pour confirmer que Roboam était vivant.

Ceux-ci ne perdirent pas une seule seconde. Ils redressèrent Roboam en position debout puis le plaquèrent contre la planche de la guillotine qui bascula sous le poids du corps. La tête de l’éliminé vint se positionner dans la lunette dont la partie supérieure fut rabaissée sur la nuque. Les deux andrones s’écartèrent et la lame alourdie par le mouton s’abattit dans un claquement sec, tranchant la tête de Roboam. Un flot de sang jaillit du cou. Le corps décapité fut poussé dans une grande malle en osier par l’un des andrones en robe blanche tandis que l’autre ramassait la tête pour l’exposer au public et annoncer de sa vois synthétique:

– Conformément à son vœu, l’élu prénommé Roboam a été euthanasié.

Un frisson parcourut la foule silencieuse massée au pied de l’échafaud. Nombreuxses étaient celles qui perdirent connaissance. C’était un sentiment de jouissance mêlée d’incrédulité. Une entité de genre masculin venait d’être décapitée en direct. C’était abject et fascinant à la fois. Plusieurs litres de sang avaient giclé de son cou ; le corps sans tête avait été pris de soubresauts avant d’être basculé dans la malle en osier. Lorsque l’androne avait exposé la tête à la foule, celle-ci put constater que les yeux continuaient de cligner et que les lèvres bougeaient légèrement. La vie n’avait pas encore quitté le regard du décapité.

Dans le canal de la conscience universelle réservé à On ira toutes au Paradis, les bioconnectées étaient partagés entre envie de vomir et attirance morbide. Ils criaient au scandale mais ils ne parvenaient pas à détacher leur regard de ces andrones au teint livide qui emportaient dans une malle, le corps coupé en deux de Roboam.

Sur le plateau du direct où l’élimination avait provoqué un désordre indescriptible, le calme était revenu mais pour ce faire, les gendarmes andrones n’avaient pas eu d’autre choix que de procéder à l’évacuation complète des tribunes. Cependant, les bioconnectées ne remarquèrent rien car des applaudissements et des images du public enregistrées avant l’évacuation, étaient régulièrement glissés entre les plans serrés sur Arpad Andrassy. Le modérateur, devenu lui aussi livide, offrait à un public virtuel une tête d’enterrement.
– Il voulait être riche, il voulait être célèbre mais, vous, chers bioconnectées, vous en avez décidé autrement. C’est la règle du jeu. Il n’atteindra jamais le Paradis… Le purgatoire fut pour lui l’antichambre de l’enfer. Adieu Roboam, nous n’oublierons jamais ton courage… Je laisse maintenant la parole à Kari-4, notre initiatrice, pour le mot de la fin :
– Merci Arpad. Je voudrais tout d’abord rendre hommage à Roboam, élu héroïque qui a accepté les règles avec beaucoup de courage et de sérénité. Je souhaite que les autres élues d’On ira toutes au Paradis le prennent en exemple et qu’iels honorent sa mémoire. Je voudrais également m’adresser à ses éleveurs qui vivent en coulisses une épreuve terrible.

Arpad Andrassy lui coupa la parole :

– Excusez-moi de vous interrompre, très honorée Kari-4, mais nous sommes au cœur de l’actualité puisqu’on me prévient à l’instant que l’éleveuse de Roboam a été victime d’un malaise cardiaque en apprenant l’élimination de son fils. Elle est actuellement prise en charge par une équipe des urgences qui prépare son évacuation vers le centre de reconstruction le plus proche. Celui-ci devrait avoir lieu dans les minutes qui suivent. Nous serons bien évidemment tenu au courant de l’évolution de la situation par les caméradrones chargés de couvrir ce tragique rebondissement. Voilà je vous redonne la parole, très honorée Kari-4, en vous priant de bien vouloir m’excuser pour cette interruption:

– Merci Arpad.Eh bien, je voudrais dire à l’éleveur et à l’éleveuse de Roboam que toute l’équipe d’On ira toutes au Paradis, la production, les techniciens, les pilotes de caméradrones, le personnel de reconstruction médicale ainsi que suprême Vol’goor et moi-même, sommes de tout coeur à vos côtés dans ces moments d’infinie tristesse. Genesis s’engage à régler tous les frais d’obsèque de votre fils et s’engage également à vous fournir pendant un an à compter d’aujourd’hui… un soutien conscientologique. L’initiatrice avait fini sa dernière phrase avec les larmes aux yeux. Arpad Andrassy reprit la parole:

– Merci beaucoup Kari-4 pour ces propos plein de gentillesse… Décidément, l’émotion est au rendez-vous ce soir… Et c’est sur ces paroles de réconfort que nous allons rendre l’antenne. La régie m’annonce que vous étiez Six cent trois millions de bioconnectées au canal d’On ira toutes au Paradis de notre conscience universelle. C’est extraordinaire. Merci de la confiance que vous nous accordez. N’oubliez pas notre rendez-vous quotidien, pour le résumé de la journée, du lundi au vendredi… Je vous rappelle les horaires : dix-neuf heures, vingt heures et bien évidemment, notre grand rendez-vous hebdomadaire, tous les samedis soirs, à partir de vingt-et-une heures. Voilà, quant à moi, je vous retrouve mercredi soir pour l’annonce des premières nominations d’élues de genre féminin. Bonsoir à tous! Et surtout… Surtout… Carpe diem!

On ira tous au paradis mêm’ moi
Qu’on soit béni ou qu’on soit maudit, on ira…