5 – La planète Goran

Une première mission de grande envergure conduite par un équipage de douze entités mécatroniques avait d’abord convoyé les dômes d’habitation pressurisés ainsi que tous les équipements nécessaires à la fabrication d’oxygène et de méthane, celà à partir des ressources naturelles généreusement procurées par l’environnement gorani. Tout était donc prêt lorsque l’équipage commandé par le Drakhen Skanff débarqua. Après l’intense émotion du premier pas accompli par un légionnaire sur une planète extérieure, l’équipage se mit à pied d’oeuvre pour activer les structures de vie le plus rapidement possible. Ils pourraient ainsi quitter le confort spartiate de leur vaisseau spatial qui était leur quotidien depuis trois longs shaarkans. Dès lors, la première mission d’exploration et d’études de la Planète Goran put vivre en autonomie totale pour une période temporelle indéterminée. Il n’y avait rien de comparable entre l’exploration de la lune Jaber et celle de la planète Goran. Jaber évoluait dans la proche banlieue de la Planète-Mère et son atmosphère n’était pas mortelle pour un shaadi, tandis que pour rejoindre la Planète Goran, il fallait traverser un hostile désert interplanétaire. Il fallait aussi accepter de vivre sur place, dans des structures confinées pour n’en sortir qu’équipé d’une combinaison parfaitement étanche. En cas d’imprévu, et malgré la présence rassurante des entités mécatroniques, aucune mission de sauvetage n’était envisageable.

Une serre de cinq cents mètres carré fut installée et en utilisant les techniques hydroponiques, les légionnaires cultivèrent eux-mêmes, leurs fruits et légumes ce qui leur permit de manger de manière équilibrée et saine pendant toute la durée de leur séjour sur Goran. Ils avaient également à leur disposition d’importantes réserves de plats codés mais ceux-ci ne pouvaient être compilés qu’en cas d’urgence absolue. Si un problème grave endommageait la structure de la serre et détruisait les fragiles cultures hydroponiques, les explorateurs ne pourraient alors compter que sur leurs réserves de plats binaires en attendant l’ouverture d’une fenêtre favorable pour leur retour vers Shaadar.

Dans cette aventure, un autre élément renforçait l’isolement des légionnaires. A cause de la distance entre les planètes Shaadar et Goran, il ne fallait pas moins de trente minutes avant qu’un message ne parvienne à son destinataire. Entre la question posée et la réponse donnée, il s’écoulait donc une heure. Il était exclu de tenir une conversation spontanée. De ce fait, en cas de péril imminent, ils ne pouvaient compter que sur leurs propres forces, une réponse instantanée du Centre Impérial étant exclue.

La première mission fut un succès d’abord parce qu’il n’y eut aucune victime à déplorer. Après une révolution passée sur Goran, tous les légionnaires retrouvèrent la planète-mère sains et saufs. Ce fut aussi un succès sur le plan scientifique puisque on y découvrit à la surface, de nombreuses traces exobios. Cela prouvait que la vie dans l’Univers était beaucoup plus foisonnante qu’on l’avait cru depuis les Premiers Temps. Oh bien sûr, il ne s’agissait pas de traces exobios dotée de raison mais le Centre Impérial des Mondes Extérieurs ne doutait plus que la civilisation shaadie entrerait un jour en contact avec des entités intelligentes. Et cet événement allait se produire plus tôt que prévu.

 

◄ 4 – Le système solaire de Shirkaa

2 réflexions sur « 5 – La planète Goran »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s