Twitter, marigot de la pensée étriquée

Twitter, c’est comme la cigarette. Pour y renoncer définitivement, il faut s’y reprendre à plusieurs fois. Hier, j’ai fermé mon compte et j’espère bien que cette fois-ci, ce sera la bonne. Certes, Twitter apporte un surplus de visibilité. Mais le problème, c’est que je suis quelqu’un qui se laisse gouverner par ses émotions. Je ne peux donc pas m’empêcher de répondre d’une manière pas toujours urbaine à des adversaires qui, évidemment ne partagent pas ma vision du monde, ma Weltanschauung, comme disent les Allemands. Parfois, je l’avoue, je me transforme en troll le temps d’une pique assassine avant de regretter mon comportement, de jurer qu’on ne m’y reprendra pas… pour recommencer trois jours plus tard. Twitter, c’est une drogue qui dissout la raison, un marigot de pensées en putréfaction.

Lire la suite de « Twitter, marigot de la pensée étriquée »

Regain (Jean Giono)

Dans ce billet, j’ai envie de vous parler littérature et de vous présenter un livre que j’ai dans ma bibliothèque depuis très longtemps. Je l’ai lu plusieurs fois, ce qui est plutôt bon signe. C’est un court roman dont l’action se situe à Aubignane, un village de haute-Provence au bord de l’abandon. Après le départ de Gaubert et de la Mamèche, il ne reste plus qu’un seul habitant, Panturle. Ce dernier se retrouve prisonnier de sa solitude. Entouré d’une nature âpre et sauvage et n’ayant plus de contact avec autrui, il se dépouille peu à peu de son humanité.

Lire la suite de « Regain (Jean Giono) »

Nous sommes tous des Nauruans

Avez-vous déjà entendu parler de l’île de Nauru. Ce tout petit pays qui compte à peine dix mille habitants, a obtenu son indépendance en 1968. C’est la plus petite république du monde. Très isolé, ce territoire de 21 km² (un peu plus petit que L’Île-d’Yeu!) est situé à quarante-deux kilomètres au sud de l’équateur. Dans les années 70-80, figurez-vous que c’était le deuxième pays le plus riche du monde rapporté au nombre d’habitants.

Lire la suite de « Nous sommes tous des Nauruans »

Le jour où notre planète s’est révoltée

Il n’y a rien de surnaturel dans cette pandémie de Covid-19. Au contraire, tout a été froidement calculé et préparé. Il ne s’agit pas d’une guerre qui a été déclarée contre l’espèce humaine, mais d’une contre-offensive qui s’inscrit dans un acte de légitime défense. Je ne crois ni en la théorie du virus échappé d’un laboratoire chinois ou américain, ni en la théorie du virus introduit par Dieu.

Lire la suite de « Le jour où notre planète s’est révoltée »