OMAN, le pays de l’Islam heureux

Source de l’image illustrant l’article

Il existe des pays dont on n’entend jamais parler. Ils se tiennent à l’écart de l’histoire, c’est-à-dire des guerres et de la misère que celles-ci engendrent. Ce sont souvent des micro-états du pacifique ou d’Europe mais pas toujours.

Lire la suite de « OMAN, le pays de l’Islam heureux »

L’inexplicable bienveillance envers les antifas


De quoi cette indulgence est-elle le nom?

Hier soir, dans le centre-ville de Nantes, les badauds qui osaient encore s’y promener à la nuit tombée, ont pu assister à un spectacle glaçant. Des centaines d’individus tout de noir vêtus ont défilé à la lueur sinistre de leurs flambeaux et au rythme martial de leurs tambours, en appelant au meurtre. Cette marche qui suintait la violence par toutes les capuches des participants, a suscité chez Madame Johanna Roland, Maire de Nantes, un tweet laconique et complètement décalé :

Manifestation violente ce soir à #Nantes. Je condamne avec force les dégradations dont notre centre ville a été l’objet et apporte mon soutien aux commerçants concernés. (Johanna Rolland)

Alors… On parle de quoi au juste? d’une demi-douzaine d’agriculteurs surendettés qui ont déversé une tonne de fumier sur les grilles de la préfecture? Non, on parle d’une marche aux flambeaux où les participants vociféraient « À mort! ». Pourtant, aujourd’hui, il n’y a pas eu un seul commentaire des autorités de l’État sur ces appels au meurtre. Tres peu de réactions non plus, suite au tweet de l’adjoint au maire, Monsieur Tristan Riom qui a clairement exprimé sa sympathie pour ce rassemblement « bon enfant ». Pas un mot du ministre de l’intérieur, ni du premier ministre, ni du Président de la République. Quant aux journalistes, ils sont manifestement tous en séminaire à Ibiza.

Nous sommes en face d’un comportement qui relève soit de l’adhésion tacite à ces idées, soit de l’incompétence, soit de la trouille, ou soit, et c’est encore plus grave, d’une forme de racisme subconscient. Je m’explique. Imaginez un seul instant que les participants à ce défilé eussent été non pas des antifas mais des islamistes appelant au meurtre des infidèles, nous aurions eu droit, à juste titre, à des réactions indignées voire horrifiées de la part de la classe politique. On aurait parlé de terrorisme. On aurait prononcé la phrase rituelle, la sentence qui met tout le monde au garde-à-vous, prononcée d’une voix grave et solennelle:

La France est en guerre.

Mais là, à Nantes, ce sont des Antifas, dont certains n’ont jamais connu la misère prolétaire. Alors, les appels au meurtre, c’est juste pour rigoler. « Faut pas prendre ça au premier degré. Ce ne sont pas des sauvages. » C’est ce que ce comportement sous-entend. Fermez le ban! Mesdames, messieurs les élu(e)s, que les choses soient bien claires : Des gens qui défilent dans les rues d’une grande ville en appelant au meurtre, ça porte un nom : des terroristes. Ce n’est pas moi qui le dit. C’est le Larousse:

Ensemble d’actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation ou un individu pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système.

La loi est la même pour tous, car dans notre pays, les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Si les organisations qui sont responsables de cette démonstration de violence ne sont pas dissoutes, alors cela signifie qu’elles ont beaucoup plus d’emprise sur notre société que les islamistes et les groupuscules d’extrême-droite. Cela signifie qu’elles détiennent assez de pouvoir pour vous empêcher d’agir. Cela signifie que vous en avez PEUR… Et c’est exactement l’objectif de tout groupe utilisant la terreur pour parvenir à ses fins : instiller la peur jusqu’au sommet de l’état.

Source de l’image illustrant l’article :

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Johann_Georg_Trautmann_-Nachtelijke_vuurzee633-_St%C3%A4del_Museum.jpg

La province d’Armorique, fédération de trois nouvelles régions

Bonjour,

Posons le problème. Nous avons deux régions qui sont la Bretagne et les Pays de la Loire. La première est très attachée à son authenticité et ses habitants souhaitent majoritairement y intégrer la Loire-Atlantique. La deuxième qui est l’Hinterland de la première, est constituée d’un patchwork de trois ensembles :

  • La Loire-Atlantique,
  • la Vendée,
  • le Maine-Anjou (maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe) qui peine à s’affirmer face à ses voisins au caractère bien trempé et, disons les choses, chamailleurs.

D’aucuns voudraient créer une région Grand-Ouest en s’imaginant qu’avec ce nom d’une banalité affligeante, ses habitants allaient adhérer au projet. Il me semble vous avoir déjà expliqué dans un article précédent que le nom est très important dans la construction d’une identité culturelle, qu’elle soit régionale ou départementale. Si la Vendée s’était appelée les Deux-Lays, comme c’était initialement prévu, elle n’aurait pas connu le même destin. Le « Grantoueste » n’aura pas plus d’identité que les Pays de la Loire. Pourtant, et c’est là tout le paradoxe, on ne peut pas nier qu’il existe un lien fort entre les deux régions. Ces neuf départements regardent tous dans la même direction, vers l’ouest en l’occurrence… Et c’est ce qui fait leur force. Mais aucun Breton sain de corps et d’esprit n’acceptera que sa région soit noyée dans un « Grantoueste » qui mettrait fin à son identité. C’est ce qui se passe dans la région Grand Est que l’Alsace va quitter, faute de pouvoir y affirmer sa specificité socio-culturelle franchement germanique.

Pourquoi alors ne pas opter pour un système politique et administratif original dans lequel tout le monde s’y retrouverait? Pourquoi ne pas créer une province d’Armorique qui comprendrait trois nouvelles régions administratives la Région Bretagne à cinq départements, la région Vendée (dans ses frontières départementales actuelles) et une nouvelle région englobant le Maine-et-Loire, la Mayenne et la Sarthe qui pourrait s’appeler La Région Loire ?

Les trois régions auraient beaucoup plus de prérogatives que la province armoricaine. Celle-ci se contenterait de soutenir ou développer des projets présentant un intérêt commun aux trois régions, c’est-à-dire des initiatives « suprarégionales ». Les départements, en tant qu’entités culturelles et historiques pourraient continuer d’exister mais ils n’auraient plus aucune existence administrative.

Il me semble également que ce serait une bonne idée de désigner Angers comme capitale de la Province d’Armorique, car cela permettrait de renforcer la future région Loire un peu plus discrète que les deux autres. Désigner Nantes comme capitale provinciale risque de renforcer la traditionnelle rivalité avec Rennes. Il ne me semble même pas opportun que Nantes devienne la capitale de la région Bretagne. Tout ceci est une question d’équilibre.

D’aucuns vont me faire la remarque que la région Vendée sera bien plus petite que la Bretagne. Oui, et alors? Il est où le problème? C’est aussi le cas en Allemagne. La Bavière est bien plus étendue que la Sarre ou le Land de Bremen. Il me semble que mon plan est équilibré et respectueux des identités locales. On pourrait enfin sortir de ce status quo qui s’éternise, sans que personne ne se sente lésé ou mis de côté. Les régions seraient encouragées à affirmer leur identité, tandis que la Province d’Armorique, en offrant une ouverture sur le monde, serait un contrepoids au nationalisme et à l’esprit de clocher qui malheureusement se portent bien.

J’attends vos suggestions.

Benoît

Le monde d’après

Si le cœur (vendéen) vous en dit, vous pouvez tout à fait participer à l’élaboration de ce nouveau système politique et social qui est transposable dans n’importe quel département ou région. Il vous suffit de m’envoyer vos propositions ou de les laisser en commentaire.

Essai de politique-fiction

Drapeau de la Nouvelle-Vendée Drapo de la nuvèl-Vâdé

Sommaire

  1. Nouveau statut politique
  2. Découpage administratif
  3. Langue
  4. Représentation citoyenne
  5. Ordre public
  6. Justice
  7. Structures financières et budgétaires
  8. Respect de la vie humaine
  9. Alimentation
  10. Gestion et revalorisation des déchets
  11. Expression de la foi
  12. Promotion de la beauté
  13. Défense territoriale
  14. Transports
  15. Droits des animaux
PREambule

La Vendée, considérée comme la plus jeune province historique de France, a montré depuis plusieurs décennies, qu’elle n’avait pas peur d’innover et de prendre des risques, sans pour autant renier ses racines. Si elle devait avoir une devise, ce serait: « Par chez nous, le progrès est une tradition ». La Vendée est plurielle mais lorsqu’un danger extérieur menace son intégrité, elle sait mettre ses différences de côté pour faire front commun. Aujourd’hui, ce qui est en jeu c’est la survie de nos enfants et de notre culture. Si notre planète se décompose, elle emportera dans ses entrailles toutes les bibliothèques et tous les musées du monde. Elle ne fera qu’une bouchée de la Joconde.

Deux choix s’offrent à nous. Nous pouvons capituler avant même d’avoir engagé le combat, et continuer à vivre dans l’insouciance sans nous préoccuper de la colère de Dieu… Ou bien nous acceptons de faire des sacrifices pour offrir à nos enfants un avenir. Ce billet de blog n’a pas d’autre prétention que de jeter quelques pistes de réflexion pour créer un nouveau système politique, social et écologique. Ma vision est iconoclaste mais je souhaite m’exprimer en toute liberté.

Nouveau statut Politique

Le département de Vendée devient la Province de Nouvelle-Vendée. La Roche-Sur-Yon, actuel chef-lieu de département, adopte le nom de Bonchamps et le titre de capitale. Dotée d’une autonomie très large, la Nouvelle-Vendée se place librement sous la protection de la République Française et réaffirme son appartenance à l’aire culturelle francophone. La langue officielle est le français.

Pourquoi Province

Parce que ce terme n’est pas administratif mais historique. Il nous rattache à une histoire et s’inscrit dans l’espace-temps, celui qui va du passé vers le futur, celui qui va des racines vers les feuilles. En outre, c’est un clin d’œil au particularisme de ce département. On dit toujours qu’à l’heure où les provinces françaises se transformaient en départements, la Vendée était le seul département qui se transformait en province. Contrairement à la collectivité territoriale, la province, n’est pas un simple échelon noyé dans le mille-feuilles administratif de notre pays. C’est un titre qui rend hommage au sacrifice des générations qui nous ont précédés.

Pourquoi Nouvelle-Vendée

Parce que ce nom regarde résolument vers l’avenir sans pour autant oublier ses racines. Il colle à la devise que j’ai donnée dans le premier paragraphe. La Nouvelle-Vendée restera bien sûr fidèle à la France, mais elle ne renoncera pas à une certaine forme de liberté et à une gouvernance locale originale.

Découpage administratif
Découpage Actuel

Actuellement, voici à quoi ressemble le mille-feuilles administratif auquel la Vendée est soumise. Prenons la petite commune de Tallud-Sainte-Gemme. Celle-ci appartient:

  1. au canton des Herbiers,
  2. à la communauté de communes du Pays de Pouzauges,
  3. à l’arrondissement de Fontenay-le-Comte,
  4. au département de la Vendée,
  5. à la préfecture départementale de Vendée,
  6. à la région des Pays-de-la-Loire,
  7. à la préfecture régionale des Pays-de-la-Loire,
  8. à la République Française,
  9. à l’Union Européenne.

Tout ceci est bien évidemment financé par des dons… Non, je plaisante! Ce découpage ubuesque est financé par vos impôts, c’est-à-dire par le fruit de votre travail et la sueur qui l’accompagne.

Nouveau découpage
  1. Cité. Ce terme remplace le mot commune.
  2. Province. Dotée d’un président et d’un gouvernement.
  3. République Française.

Les cités auront un nombre d’habitants compris entre 500 et 2000. Elles seront administrées par un chapitre formé de délégués dont voici le nombre.

Nombres d’habitants 500 1000 1500 2000
Nombre de délégués591317

Les communes actuelles de moins de 500 habitants devront donc se regrouper avec une commune voisine pour former une cité. Les villes actuelles de plus de 2000 habitants devront se diviser en plusieurs cités.

Langue

La langue provinciale sera le français. L’écriture inclusive se révélant inapplicable, sera abandonnée. Dans un souci d’égalité des chances, la province de Nouvelle-Vendée devra engager une réforme de l’orthographe dont l’objectif sera d’aligner complètement la prononciation sur l’écriture. Une lettre correspondra à un son. Un son correspondra à une lettre. Cela signifie que de nouvelles lettres vont faire leur apparition. Voici la traduction de ce paragraphe en français réformé:

La lâg provîsial è le frâsè. L’ékritür îklüsiv se révélâ inaplikabl, sera abâdoné. Dâ-z-î susi d’égalité dè ŝâs, la provîs de Nuvèl-Vâdé devra âgaĝé ün réform de l’ortograf dô l’obĝektif sera d’alinié côplètemâ la pronôsiasiô sür l’ékritür. ün lètr korèspôdra a î sô. Î sô korèspôdra a ün lètr. Sela sinifi ke de nouvèl lètr vô fèr ler aparisiô.

Quelques éléments d’explication

En français réformé, une lettre correspond à un son et un son correspond à une lettre. voici donc le nouvel alphabet qui compte 25 lettres. La seconde ligne est la correspondance dans l’alphabet actuel.

Frâsèaâbdefiîgĝklmnoôprsŝtüuvz
Françaisaanbdefiingujklmnoonprschtuouvz
  • Disparition des lettres c, h, j, q, w, x, y
  • Disparition des diphtongues an, on , un et in remplacées par â, ô, î
Représentation citoyenne
Chapitre et délégués

Le suffrage des électeurs sera aboli. Les délégués seront désignés tous les cinq ans par tirage au sort. Sauf cas de force majeure (maladie ou handicap entraînant une incapacité permanente), il ne sera pas possible de décliner le mandat, mais les délégués ne pourront en effectuer qu’un seul dans toute leur vie. Cette règle sera établie dans le but d’éviter toute addiction au pouvoir, source de corruption et de clientélisme. En son sein, chaque chapitre désignera par tirage au sort, un médiateur des débats dont la durée du mandat sera de douze mois. Son rôle, en début de séance, sera de proposer un ordre du jour et si celui-ci est adopté, de veiller à la bonne tenue des débats. Il ne sera pas autorisé à arbitrer un désaccord. À l’issue de cette mission, le médiateur redeviendra délégué et ne pourra pas être désigné pour un second mandat.

Président et gouvernement

Tous les quatre ans, un président et son gouvernement seront tirés au sort parmi les délégués. Le président et les ministres ne pourront effectuer qu’un seul mandat. Sauf cas de force majeure (maladie grave, condamnation…), la fonction ne pourra pas être déclinée.

Consultation citoyenne

Tous les mois, par Internet, les citoyens seront amenés à se prononcer sur les projets du gouvernement ou du chapitre de leur cité. Leur choix aura une valeur consultative forte. Dans la mesure du possible, il devra être respecté. Le conseil des ministres et les séances des chapitres seront filmés et diffusés en direct sur Internet.

Ordre public

L’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté (Jean-Jacques Rousseau)

Garde citoyenne

Chaque cité entretiendra une garde citoyenne dont le personnel, employé à temps partiel, sera égal au nombre d’habitants divisé par cent. Les gardes seront désignés par tirage au sort parmi la population, pour une durée de douze mois et, sauf cas de force majeure, ils ne pourront pas refuser le service.Il s’agira d’un corps de police non armé, chargé de résoudre les conflits en instaurant, si possible, les conditions d’un dialogue posé et pacifique. La garde citoyenne sera chargée de faire appliquer les lois relatives au respect des biens et des personnes.

Garde provinciale

Pour toute situation dépassant sa capacité d’intervention, la garde citoyenne pourra demander l’intervention de la garde provinciale, corps armé rattaché à la Défense provinciale.

Justice

En ce qui concerne les personnes condamnées, toute peine s’effectuera en travaux d’intérêts généraux. L’incarcération sera exceptionnelle. Ce traitement ne sera réservé qu’aux personnes présentant un danger pour elles-mêmes ou pour autrui. L’écrou sera levé dès que la prise en charge personnalisé permettra à la personne condamnée, d’effectuer son temps de réparation dans une activité étroitement liée à la nature. Cette décision sera prise par un collège d’experts pluridisciplinaire.

La peine de mort, qui n’est pas une décision appartenant aux hommes, ne sera jamais appliquée.

Structures financières et budgétaires
Monnaie

La Nouvelle -Vendée abandonne l’euro et adopte le denier (DNV). Le cours de départ est fixé à un euro pour un denier.

Système bancaire

Une banque publique sera créée par le gouvernement. Elle portera le nom de Banque Provinciale de Nouvelle-Vendée. Celle-ci n’aura pas le droit d’effectuer des opérations spéculatives. Elle ne devra proposer que des produits financiers éthiques qui contribueront au développement local. Le prêt à intérêt sera interdit. Si un citoyen souhaite s’acheter un bien et qu’il ne possède pas les fonds nécessaires à la transaction, il pourra s’adresser à la banque provinciale qui achètera le bien en question avant de lui revendre avec une marge bénéficiaire.

Revenu universel

Un revenu universel mensuel sera versé à tout citoyen dès sa naissance. Toutes les autres allocations seront supprimées. La création du revenu universel a pour objectif de libérer les énergies. Chaque citoyen, délivré de la crainte du licenciement, aura le temps de mûrir un projet professionnel sérieux, de poursuivre des études, ou de se contenter de son revenu universel. Le revenu universel, dont le montant sera le même pour tout le monde, sera versé automatiquement sur le compte de chaque citoyen, le 1er du mois. Le personnel administratif en charge du versement de cette allocation, sera donc très réduit.

Impôts Et taxes

Toutes les taxes (d’habitation, foncière, sur la valeur ajoutée, etc…) seront supprimées. Il ne subsistera qu’un impôt sur les revenus engendrés par l’activité professionnelle. La dette publique sera interdite et immédiatement corrigée par une baisse du revenu universel versé à chaque citoyen. La Province ne dépensera que l’argent qu’elle possède. Tout excédent budgétaire se traduira par une augmentation du revenu universel.

Respect de la vie humaine

Des réformes radicales permettront à chacun de vivre dignement et d’affirmer sa singularité. Toute vie est sacrée. La mise à mort d’un être humain, quel que soit son niveau de division cellulaire, quel que soit son âge, quel que soit son crime, sera interdite. L’être humain n’est pas un bien de consommation. Par conséquent, la gestation pour autrui sera interdite. L’adoption sera autorisée, mais l’enfant devra pouvoir être en mesure de retracer ses origines. Un être vivant qui n’a pas de racines, ne peut pas se développer. Pour trouver son chemin dans la vie, sans s’égarer, il faut savoir d’où l’on vient. L’eugénisme, rejeton de l’idéologie national-socialiste, sera interdit, tout comme le clonage qui nie le caractère unique de chaque être humain.

Un troisième genre sera créé pour les personnes non binaires. Toute personne sera respectée dans sa singularité sans que cela ne conduise à une dictature des minorités. Cela signifie que le modèle de couple homme/femme sera reconnu comme la norme car très largement majoritaire mais qu’il ne devra pas empêcher l’expression des différences personnelles et qu’il ne devra pas conduire à des actes de ségrégation sociale. Le mariage restera ouvert aux personnes du même sexe. La polygamie sera interdite.

Alimentation

Tout citoyen aura droit à une alimentation biologique saine et équilibrée. Chaque cité veillera à ce que l’autonomie alimentaire soit assurée, dans le respect des normes de qualité et de sécurité. Pour ce faire, il sera créé dans chaque cité un département de maraîchage biologique ainsi qu’un département de chasse et d’élevage respectueux du bien être des animaux. Les abattoirs industriels seront interdits. Toute mise à mort d’un animal devra épargner à ce dernier, douleurs et souffrances inutiles. Elle ne devra pas être soumise à un rite religieux. Qu’elle soit issue de l’élevage ou de la chasse, la consommation de viande ne devra pas dépasser trois cents grammes par personne et par semaine.

Gestion Et Revalorisation des déchets

En ce qui concerne la gestion des déchets, tout gaspillage sera éliminé. Dans le souci de faire prendre conscience de la quantité de déchets à recycler ou à enfouir, et dans l’objectif de préserver l’environnement, la collecte, le tri des ordures et leur revalorisation seront assurés à tour de rôle par tous les citoyens valides de la cité, sans aucune exception. Tout ce qui peut être réparé le sera.

Expression de la foi

Toute personne sera libre de pratiquer sa foi sans être inquiétée, tant que celle-ci ne s’avère pas aliénante et qu’elle n’empiète pas sur la liberté d’autrui. Toute personne sera libre de changer de religion ou de se déclarer non croyante. La Nouvelle-Vendée sera une province réaffirmant ses racines judéo-chrétiennes, mais ouverte aux autres traditions religieuses. Aucun culte ne sera subventionné et le blasphème ne constituera pas un délit mais tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions, devront prendre garde de ne pas blesser autrui, et faire preuve de respect les uns envers les autres. Toutes les religions présentes en Nouvelle-Vendée devront accepter le principe d’égalité homme-femme. Cela veut dire que l’expression de l’infériorité de la femme au travers d’un attribut vestimentaire, sera interdite. Cela signifie également qu’une femme pourra devenir prêtre catholique ou imam.

Promotion de la beauté

Considérant que la laideur architecturale associée au béton et à l’absence de nature, est source de souffrance et de déshumanisation et qu’elle explique en grande partie l’état de délabrement des banlieues françaises, chaque cité devra faire en sorte que toute construction ou toute activité soit guidée par un impératif de beauté. Les façades en murs-rideaux, les bâtiments industriels recouverts de bardage seront interdits. La pierre et le bois seront les deux seuls matériaux autorisés. Toute nouvelle construction ne devra pas dépasser deux étages. La végétalisation des façades sera encouragée. Les activités artistiques tiendront une place importante à l’école. La philosophie sera également enseignée tout au long du temps de scolarité obligatoire.

Défense territoriale

Le service militaire sera en vigueur pour les hommes comme pour les femmes à partir de dix-huit ans. Sa durée sera de six mois et il s’effectuera au sein de la Défense Provinciale (DP). Une période de remise à niveau d’une semaine aura lieu tous les ans, jusqu’à quarante ans. L’entraînement sera axé sur la défense du territoire provincial, avec l’acquisition de techniques de guérilla et de harcèlement. Les règles d’engagement devront respecter la convention de Genève. Par conséquent, en mémoire du pardon accordé par Bonchamps à cinq mille soldats républicains, l’ennemi vaincu qui est notre frère en humanité, devra recevoir soins et nourriture. Il ne pourra être ni torturé ni abattu sommairement. Toute intervention en dehors des frontières provinciales sera interdite. Les défenseurs garderont leur équipement, leur arme et des munitions chez eux, dans une caisse sécurisée. En cas de mobilisation, chaque défenseur recevra un code d’ouverture et devra rejoindre sa caserne.

Camarades, vous m’avez obéi jusqu’à ce jour, qui est le dernier de ma vie ; en qualité de votre commandant, je vous ordonne de pardonner à mes prisonniers. Si l’ordre d’un chef mourant n’a plus de pouvoir sur vous, je vous en prie, au nom de l’humanité, au nom de Dieu, pour lequel vous combattez ! camarades, si vous dédaignez mon ordre et ma prière, je vais me faire porter au milieu de mes prisonniers et de vous, et vos premiers coups tomberont sur moi. (Bonchamps)

TRANSPORTS

Un réseau dense de drones de transport sera mis en place. Il devra desservir tout le territoire provincial. Le transport de marchandises sera assuré par des drones-lourds, le transport de passagers par des drones-bus. Lorsque que cette infrastructure sera complètement opérationnelle, les véhicules personnels motorisés tout comme les poids-lourds seront interdits de déplacements en surface. Une grande partie du réseau routier sera alors transformée en chemins ou sentiers pédestres, tandis que le reste sera végétalisé.

DROITS DES ANIMAUX

Les abattoirs et élevages industriels seront interdits. Compte tenu du fait qu’un animal n’est pas en capacité de comprendre ce qu’est la guerre, aucun animal ne pourra être engagé dans des opérations de combat. L’être humain est supérieur aux animaux dans le sens où il a, envers ces derniers, un devoir de protection. Tout acte de cruauté envers un animal entraînera une condamnation identique à celle qui aurait été infligée à un homme coupable du même crime envers l’un de ses congénères. Il n’y aura aucune différence. La chasse sportive sera interdite. Seule sera autorisée la chasse de subsistance et la chasse visant à réguler des populations animales présentant un danger grave et immédiat pour l’homme. Les citoyens seront encouragés à devenir végétariens sans que cela ne devienne jamais une obligation. Dès l’école primaire, les jeunes citoyens seront sensibilisés à la question animale et pratiqueront des activités périscolaires telles que l’équitation.

À SUIVRE…

né(e)s dans un clocher

Source de l’image d’en-tête illustrant l’article

Article léger, à prendre au second degré puisque tout le monde en prend pour son grade!

On dit de La Vendée qu’elle est le seul département qui s’est transformé en province historique. Son acte fondateur, c’est la Révolution Française. Sans elle, ce territoire en cul-de-sac serait resté le Bois-pas-tout Bas-Poitou, et aujourd’hui encore, il porterait ce nom ridicule.

Lire la suite de « né(e)s dans un clocher »

Et si les Afghanes se lançaient dans la première guerre de libération des femmes…

C’est à la faveur d’un déplacement professionnel dans le sud de la France que j’ai découvert dans la modeste bibliothèque de l’hôtel où je logeais, un livre que j’ai dévoré d’une seule traite et qui m’a bouleversé. Écrit en 2004 par le Général Philippe Morillon, ce témoignage s’intitule Le testament de Massoud. Il décrit la profonde amitié qui, au-delà de la mort, liait l’auteur avec celui qui était surnommé le Lion du Panshir, le commandant Ahmed Chah Massoud. Dix-sept ans après sa parution, ce livre écrit à l’encre de l’espoir, me remplit d’une infinie tristesse.

Lire la suite de « Et si les Afghanes se lançaient dans la première guerre de libération des femmes… »