Mageia, une belle surprise

Bonjour,

Je n’ai pas pour habitude de présenter des distributions car ce n’est pas mon exercice favori. Même si j’ai publié récemment une série de six articles sur Archlinux, il s’agissait non pas d’une présentation mais d’un processus d’installation détaillé, ce qui n’est pas la même chose.

Je rédige cet article à chaud, sans griffonner de brouillon dans mon cahier à spirales, parce que je vais vous parler d’un coup de cœur. Je possède un netbook HP mini que j’ai surnommé Bouba. Rien à voir avec le rappeur. Bouba est un petit ourson qui a accompagné mon enfance et qui n’aurait pas fait de mal à une abeille. Bon bref, ce netbook a presque 10 ans. Il est armé d’un processeur 32 bits et d’un système d’exploitation Linux, en l’occurrence Lubuntu. Même si cette distribution est parfaitement adaptée à ce genre de configuration matérielle, je la déconseille à toute personne souffrant d’hypersensibilité chromatique, où même à toute personne ayant un minimum de bon goût, car tôt ou tard, elle sera confrontée à cette horreur. Je vous fais grâce de l’écran de connexion. Il est du même acabit. Ah! Et puis non… Tiens! Je vous le montre parce que ça m’énerve! Cliquez sur « Cliquez ».

Mon mini ordinateur portable est loin d’être un foudre de guerre, mais j’aime bien le glisser dans mon sac à dos quand je pars me promener dans les bois près de chez moi. Lorsque je récupère une caméra nature que j’avais posée la veille au soir, je transfère directement les captures vidéos sur mon ordinateur, avant de déplacer la caméra sur un autre tronc d’arbre.

 

Bouba n’est pas encombrant. Je peux le trimballer partout. Par conséquent, Il n’est pas dans mes projets de le désarmer. Cela dit, comme je souffrais de sérieux problèmes de conjonctivite, j’ai décidé d’offrir à mon netbook une distribution toute neuve pour remplacer Lubuntu. Je me suis donc mis en quête de la candidate idéale sur Distrowatch. Quand j’étais enfant, j’aimais bien suivre le Tour de France et je me souviens que tous les matins, j’ouvrais le journal Ouest-France pour savoir quel coureur squattait la dernière place. Le premier, je m’en foutais complètement. Moi, ce qui m’intéressait, c’était de connaitre le nom du dernier! Celui qui pédalait au fond, à côté du radiateur, et qui  franchissait la ligne d’arrivée avec deux heures de retard, sous les coups de klaxon de la voiture-balai. Dans le classement de Distrowatch, la distribution qui ne peut pas tomber plus bas occupe actuellement la 287ème place et s’appelle OB2D Linux. Elle nous vient de Taïwan et malheureusement, je n’ai pas pu l’installer car l’interface est en chinois.

Alors, je me suis mis en quête d’une autre distribution située plus haut dans le classement. J’ai essayé d’installer slitaz : Échec total. CentOS : pas mieux. Puis finalement, mon choix s’est porté sur Mageia, dont je n’avais qu’une bien piètre opinion. Pourquoi? Parce que c’est une distribution made in France, donc approximative et pas sérieuse. C’est triste à dire mais c’est pourtant ce qui m’a traversé l’esprit. Je n’en suis pas fier car ce comportement est la preuve que nous avons été éduqués dans le mépris et le désamour de notre propre pays.

La mauvaise image que j’avais de cette distribution a été aggravée par le fait que j’avais lu à plusieurs reprises sur des forums ou des blogs, des remarques particulièrement négatives la concernant. Mageia, qui était incapable de sortir dans les temps une version dont j’ai oublié le numéro, était dans une situation difficile, prélude à une mort certaine. C’était peut-être vrai, je n’en sais trop rien.

Par conséquent, c’est sans grand espoir que je me suis lancé dans l’installation de cette distribution de margoulins. Eh bien croyez le ou non, l’installation sur le disque dur de Bouba (un netbook 32 bits!) est passée comme une lettre à la poste! Au bout du compte, je me retrouve avec une distribution qui me donne entière satisfaction. On sent tout de suite qu’elle est solide mais sans pour autant être lourde. C’est propre, net et sans bavures, fini au papier de 1000 et à la pâte à polir. Bref, c’est une grosse surprise et j’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça! J’étais rempli de préjugés à son encontre.

Bien sûr, je vais personnaliser ma Mageia en installant quelques-unes de mes applications favorites et en virant ce lourdaud de Firefox pour le remplacer par un navigateur plus léger. Si j’ai un reproche à faire, il va porter non pas sur l’installation proprement dite mais sur les descriptions des différentes étapes de ce processus. Je veux dire par là que les phrases ou les mots choisis ne sont pas toujours explicites pour l’utilisateur lambda. À plusieurs reprises, je me suis demandé de quoi ça parlait, si bien que j’ai souvent sélectionné le choix par défaut. Il me semble que ce serait une bonne idée de simplifier le processus d’installation pour le rendre plus clair et plus accessible aux débutants. Second point, le bouton d’extinction offre deux choix : « Éteindre » et « Annuler ». C’est tout! Pas de mise en veille, pas de déconnexion. C’est pourtant très simple de coder une fenêtre d’extinction en Python pour l’inclure dans la distribution. Dernière chose (ce n’est pas un reproche mais une simple remarque), je trouve que ce serait une bonne idée de proposer Openbox comme alternative aux autres environnements de bureau.

mageia_5
Capture d’écran de mon bureau

En tout cas, bravo et merci pour cette distribution très sympa qui n’avait droit qu’à mon indifférence. Le site internet est agréable, notamment le wiki, particulièrement propre. Sur la page d’accueil, vous serez accueillis par cette phrase que je trouve tout à fait pertinente :

Changez de point de vue

C’est justement ce que je viens de faire et c’est ce que je vous invite à faire également…

Bon dimanche!

B.B

10 commentaires sur “Mageia, une belle surprise

  1. J’avoue que j’ai (j’avais) le même ressenti que toi sur Mageia. Pourtant utilisateur à ses premières heures de Mandriva, j’ai toujours zapper cette distribution. Mais tu m’a donné envie de la tester !

  2. Bonsoir Ordinosor,

    Éant sous Mageia depuis ses débuts, cela me fait plaisir que tu aies changé d’avis à son sujet. Parce que j’ai essayé pas mal d’autres distribs, et je suis toujours revenu à (Mandrake, Mandriva, Mageia…).

    Par contre, tu dis :
     » Il me semble que ce serait une bonne idée de simplifier le processus d’installation pour le rendre plus clair et plus accessible aux débutants.  »

    Je me considère comme un éternel débutant, n’ayant aucune connaissance en informatique, sinon celles d’un utilisateur de base. Et je n’ai jamais trouvé que le processus d’installation soit plus compliqué qu’un autre, au contraire…

    Et :
    « Second point, le bouton d’extinction offre deux choix : « Éteindre » et « Annuler ». C’est tout! Pas de mise en veille, pas de déconnexion. C’est pourtant très simple de coder une fenêtre d’extinction en Python pour l’inclure dans la distribution. »

    Ça, ça doit venir de l’environnement de bureau que tu as choisis, et non de Mageia.

    Parce que chez moi, avec KDE, j’ai :
    – Verrouiller
    – Déconnexion
    – Changer d’utilisateur
    – Mettre en veiller
    – Hiberner
    – Redémarrer
    – Éteindre

    1. Bonsoir Joël,

      J’ai trouvé le processus d’installation pas forcément très clair mais il a fonctionné à la perfection. Pour ce qui est du bouton d’extinction, j’ai moi-même codé une fenêtre tkinter en python avec tous les choix possibles. Donc, je vais la rajouter dans la distribution.

  3. Salut !
    As tu testé :
    $ urpmf openbox
    Ou
    $ urpmq –fuzzy openbox
    Voire,
    # urpmi task-openbox
    ? Sur mon tel, je ne ieux pas vérifier. Mais il n’y a pas que 3 DE… d’ailleurs, meme en 32b, tu peux installer plasma ! Ce ne sont que des préconfig des iso 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.