La planète Archlinux (partie 6 : amélioration continue)

Sommaire

20 – pacman
21 – yay
22 – Gestion des erreurs au cours du processus de post-installation
23 – Synchronisation et mise à jour automatisée
24 – Bugs non résolus

Bonjour,

après quelques semaines d’utilisation, je dois dire que je suis tout à fait satisfait d’avoir basculé sur Archlinux. Nous sommes assurément en présence d’une distribution de grande qualité. Ce qui m’étonne le plus, c’est la rapidité d’installation ou de mise à jour des paquets.  Ç’est tellement speed que j’ai toujours l’impression que le processus a foiré.

Archlinux met à disposition de ses usagers deux gestionnaires de paquets qui sont pacman et yay.

20 – pacman

C’est le gestionnaire officiel des paquets d’Archlinux. Il s’utilise en root et possède plusieurs options qui permettent de synchroniser, de mettre à jour, d’installer ou de supprimer des paquets. Je ne vais pas m’étendre davantage sur ce sujet. Il existe une page très bien faite qui explique tout de long en large et que je vous invite d’ores et déjà à lire, compte tenu du fait que pacman est un outil que vous utiliserez quotidiennement.

21 – yay

Yay signifie yet another yaourt. C’est un gestionnaire qui permet d’installer des paquets issus du dépôt des utilisateurs d’Archlinux (AUR). Il faut donc utiliser cet outil avec prudence car tous les paquets présents sur le dépôt AUR ne sont pas forcément vérifiés et maintenus. C’est sans doute la raison pour laquelle il ne m’a pas été possible de post-installer yay en root. Il a fallu que je rédige un nouveau script et que je modifie mon script principal de post-installation pour lancer l’installation de yay au premier lancement de ma session utilisateur.

git clone https://aur.archlinux.org/yay.git
cd yay
makepkg -si

capture

21.1 – Installation du navigateur Vivaldi

Yay  m’a permis, par exemple, d’installer le navigateur Vivaldi. En effet, ce dernier n’est pas présent dans les dépôts officiels d’Archlinux. Par conséquent, il est inutile d’utiliser pacman.

sudo pacman -S vivaldi
erreur : impossible de trouver la cible : vivaldi

Yay ne se lance ni en root ni en superutilisateur (sudo). Cependant, au cours du processus d’installation, le système va vous demander de renseigner votre mot de passe.

yay -S vivaldi

22 – Gestion des erreurs au cours du processus de post-installation

Je vous rappelle que c’est le fichier pkglist.txt qui contient la liste des applications  à installer. Le problème est que s’il y a la moindre erreur d’orthographe ou bien  un paquet qui n’est pas présent dans les dépôts officiels, le script s’interrompt brutalement, ce qui ne me plaisait pas trop.

J’ai donc rajouté quelques lignes bash dans le fichier archlinux_post-install.sh pour pouvoir isoler les éventuelles erreurs présentes dans la liste des applications à installer. Ensuite, le script traite les erreurs avant de généŕer une nouvelle liste et de relancer l’installation :

capture

J’ai quand-même le sentiment que j’ai des difficultés à gérer voire même à comprendre le système de gestion et de redirection des erreurs en bash (2>). Peut-être existe-t-il une solution beaucoup plus simple et concise, mais je ne l’ai pas trouvée.

23 – Synchronisation et mise à jour automatisée

Archlinux est une distribution de type rolling release, Il faut donc veiller à mettre à jour sa distribution régulièment. Il y a quelques mois, j’ai rédigé un article sur une petite application que j’avais codée en python pour que ma compagne n’oublie pas de mettre à jour sa distribution Linux Mint.

Je l’ai reprise et adaptée à la distribution Archlinux. J’en ai profité également pour améliorer le code. Il s’agit d’un pense-bête qui se déclenche tous les neuf démarrages. Je n’utilise pas crontab pour automatiser cette tâche car je vais être honnête avec vous : je ne sais pas trop comment m’y prendre! Par conséquent, j’ai trouvé une combine à deux balles que j’ai déjà expliquée dans ce précédent billet.

Alors comment ça fonctionne? Au départ, le logo d’Archlinux est rouge. Ça signifie que l’heure est venue de synchroniser la liste des paquets et de mettre à jour ces derniers.

logo_rouge

Lorsque le système a été mis à jour avec succès, le logo change de couleur et la fenêtre se ferme automatiquement après 1500 millisecondes :

logo_vert

Là encore, j’aurais souhaité rediriger les éventuelles erreurs dans un fichier dont le contenu s’afficherait dans une fenêtre surgissante d’avertissement… Sauf que parfois, je me retrouve avec un fichier contenant des informations que je ne considère pas comme des erreurs. Et ça fausse la suite de la mise à jour.

J’ai inclus cette application dans la post-installation. Vous trouverez donc le code et les fichiers de configuration dans mon dépôt git. Le fichier qui lance l’application est celui-ci : system_update.py.

 24 – Bugs non résolus

Il y a deux bugs qui me dérangent sérieusement et malheureusement, je n’ai pas encore trouvé la solution :

  • À la sortie de mise en veille, le système freeze. La souris et le clavier sont inopérants.
  • Si je mets le système en hibernation, je suis incapable d’en sortir. Tout est bloqué et là encore, je n’ai pas d’autre choix que d’utiliser les magic keys.

J’ai exposé mon problème sur le forum archlinux.fr et je compte bien trouver une solution!

Puisqu’on parle de déconnexion, j’ai rajouté dans le programme de post-installation et dans le menu openbox, une fenêtre de déconnexion toute simple que j’avais codée en python en 2017. Le code n’est peut-être pas d’une grande élégance mais cette modeste application fonctionne parfaitement (sauf bien évidemment la mise en veille et l’hibernation mais ça, c’est un autre problème).

log-out

Conclusion

L’amélioration continue est un processus qui, par définition, est infini. Pour structurer mon travail, j’utilise le système de tickets de framagit. Rien de bien original mais je n’ai pas encore trouvé mieux.

Dans mon prochain projet, j’ai l’intention d’automatiser l’insertion de tous les répertoires et fichiers dans le menu déroulant. Un truc de ouf! Je ne sais pas encore comment je vais procéder. Il faut que j’établisse un cahier des charges précis pour atteindre l’objectif que je me suis fixé.

Bon weekend et à bientôt,

Benoît

3 commentaires sur “La planète Archlinux (partie 6 : amélioration continue)

  1. Salut Pas mal l’article moi j’utilise le gestionnaire yaourt pour les paquet AUR je n’ai pas eu de gros souci depuis le temps que j’utilise manjaro.
    Très utile pour tester des logiciel et en parler sur un blog même si ce temps la devienne rare.
    Encore bravo pour ton blog

    1. Salut,

      Merci pour ton commentaire. Ça fait toujours plaisir parce que c’est quand-même du boulot 🙂
      Il faut que je règle encore quelques bugs concernant la mise en veille et l’hibernation qui freeze tout le système. Je voudrais aussi rendre le menu openbox dynamique, c’est-à-dire qu’il se modifierait au gré des installations/désinstallations des applications. Mais je pense que ça ne va pas être facile!
      Bonne journée,
      Benoît

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.