La planète Archlinux (partie 5 : post-installation)

Sommaire

16 – Configuration choisie
17 -Récupérer le script de post-installation et les fichiers de configuration
18 -Lancement du script de post-installation
19 – Analyse des différents scripts de post-installation

16 – Configuration choisie

Notre nouveau système Archlinux est opérationnel. Cela dit, notre mission n’est pas terminée. Nous devons encore installer un environnement graphique digne de ce nom. Pour l’instant, c’est une console noire qui nous accueille et même si nous pouvons dès à présent accomplir beaucoup de choses en  ligne de commande, vous vous imaginez bien qu’une telle configuration va faire fuir le premier gugusse venu.

Archlinux adhère au concept du KISS… Et ça tombe bien parce que moi aussi. C’est la raison pour laquelle, j’ai choisi d’installer:

  • Le gestionnaire de fenêtres openbox (en apportant un soin tout particulier au menu)
  • Le gestionnaire de fonds d’écran nitrogen,
  • La barre de tâches tint2.

J’ai rédigé un petit script de post-installation accompagné de quelques fichiers de configuration. Si je n’ai pas fait de bêtises, voici le résultat que vous devriez obtenir au final :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le menu est celui d’Openbox en version Onyx, un thème sombre. Le thème clair Natura est pas mal non plus. Le menu peut s’ouvrir avec un clic droit n’importe où sur le bureau, ou bien en cliquant sur l’icône tout en bas à gauche (C’est une commande xdotool). J’ai également rajouté des icônes pour illustrer chaque onglet du menu. En fin d’article, je vais vous expliquer comment j’ai procédé. Ce n’est vraiment pas compliqué.

17 – Récupérer le script de post-installation et les fichiers de configuration

Nous allons tout d’abord récupérer mes scripts de post-installation et les enregistrer sur une clé USB. Pour cela, rendez-vous sur mon dépôt git. Télécharger tout le dépôt au format zip. Pour cela, cliquez sur le petit nuage à droite :

capture

Puis, décompressez le fichier :

unzip *.zip

Le répertoire décompressé se nomme post_install-archlinux-master. Ouvrez-le et copiez sur une clé USB, le fichier archlinux_post-install.sh (script principal) et le répertoire config_files. Ce dernier contient 9 fichiers et un sous-répertoire dont je vous parlerai au prochain épisode :

  • pkglist.txt => Liste des applications à installer (rédigée par mes soins)
  • archlinux.jpg => Fond d’écran
  • tint2rc => Configuration de la barre de tâches
  • rc.xml => Configuration d’Openbox
  • menu.xml => Configuration du menu Openbox
  • Menu.desktop => Lanceur du menu Openbox
  • bg-saved.cfg => Configuration de nitrogen
  • nitrogen.cfg => Configuration de nitrogen
  • post-install_yay.sh => Post-installation de yay. Cette application sert à télécharger des dépôts AUR, c’est-à-dire des dépôts d’utilisateurs d’Archlinux.
  • system_update => Sous-répertoire de synchronisation et de mise à jour automatisée des paquets.

18 – Lancement du script de post-installation

Dans votre nouveau système Archlinux, créez un répertoire /media. Il nous servira de point de montage pour notre clé USB de post-installation :

mkdir /media

Montez la clé :

mount /dev/sdb1 /media

Donnez les droits d’exécution au fichier archlinux_post-install.sh :

chmod +x /media/archlinux_post-install.sh

Puis, lancez le fichier :

/media/archlinux_post-install.sh

Normalement, vous allez être accueilli par ce message. Il vous annonce que la fête va commencer. Toutes les applications contenues dans le fichier pkglist.txt vont être installées. Si on vous pose des questions, choisissez toujours la réponse par défaut en pressant la touche Entrée.

al_4

Après cette opération, vous allez être invités à créer votre compte utilisateur. Vous serez d’emblée rajoutés au groupe sudo. L’installation continue et le système reboote.

al_5

Le résultat obtenu doit être celui que vous voyez dans la série de diapositives en haut de l’article.

19 – Analyse des différents scripts de post-installation

Intéressons-nous à présent aux différents scripts de post-installation

19.1 – Le script principal : archlinux_post-install.sh

Vous le trouverez ici, sur mon dépôt framagit. Je l’ai largement commenté.

19.2 – La liste contenant les applications à installer : pkglist.txt

Cette liste est bien pratique! Elle contient une application par ligne. Elles seront toutes récupérées et traitées par le gestionnaire de paquets pacman (voir ligne n°9 du script archlinux_post-install.sh).

19.3 – le script tint2rc

Il configure la barre de tâches. Par la suite, si vous voulez modifier cette dernière, je vous invite à utiliser plutôt l’outil graphique qui est bien plus simple. Celui-ci s’appelle Gestionnaire du panneau tint2 et vous le trouverez dans le menu, sous l’onglet applications installées ou bien directement sous /usr/share/applications.

19.4 – Menu.desktop

Ce fichier créé un lanceur que j’ai placé dans la barre de tâches tint2 et qui déroule le menu. J’utilise pour cela, l’outil xdotool qui permet de simuler une commande clavier par l’intermédiaire d’un simple clic.

Normalement, pour dérouler le menu à l’endroit où se trouve le pointeur de la souris, il suffit de cliquer droit ou de presser les touches super et m. (Super correspond à la touche windows.) Avec la commande xdotool key super+m, le clic gauche sur le bouton du lanceur remplace la commande clavier.

[Desktop Entry]
Type=Application
Exec=xdotool key super+m
Name=Menu
GenericName=Menu
Categories=Utility;DesktopSettings;
Terminal=false
StartupNotify=true
Icon=
Comment=Opens the applications menu
Comment[fr]=Ouvre le menu des applications
Keywords=menu;desktop;

19.5 – menu.xml

C’est ce fichier qui va vous permettre de rajouter ou supprimer des applications dans le menu. Vous pouvez le configurer à votre guise. Sa structure est claire, ce qui le rend très simple d’utilisation, une fois qu’on a compris qu’il faut respecter les indentations et que chaque balise ouverte doit être impérativement fermée. N’hésitez pas à consulter la documentation officielle.

Voici par exemple, un extrait de la structure de l’onglet accessoires. Je crois que n’importe qui est capable de comprendre où est-ce qu’il faut renseigner le chemin absolu d’une icône ou bien la commande qui exécute telle ou telle application. Le répertoire des icônes est /usr/share/icons.

Le menu n’est pas encore finalisé. Il me reste des applications à rajouter mais cela peut se faire progressivement, selon les besoins.

<menu id="accessoires" label="Accessoires" icon="/usr/share/icons/oxygen/base/48x48/categories/applications-accessories.png">
    <item label="Calculatrice" icon="/usr/share/icons/oxygen/base/48x48/apps/accessories-calculator.png">
        <action name="Execute">
            <command>
                gnome-calculator
            </command>
        </action>
    </item>
    <separator/>
    <item label="Éditeur de texte" icon="/usr/share/icons/oxygen/base/48x48/actions/document-properties.png">
        <action name="Execute">
            <command>
                pluma
            </command>
        </action>
    </item>
</menu>

19.6 – rc.xml

Il s’agit du fichier de configuration d’Openbox. Vous pouvez être amenés à le modifier si vous voulez par exemple changer de thème en remplaçant Onyx par Natura. Vous trouverez les noms des différents thèmes dans le répertoire /usr/share/themes.

</placement>
    <theme>
    <name>Onyx</name>
    <titleLayout>NLIMC</titleLayout>

Cela dit, il existe une interface graphique qui fait très bien l’affaire, en l’occurrence obconf. Pour l’ouvrir, il vous suffit d’entrer la commande obconf dans un terminal.

Conclusion

Notre voyage touche à sa fin. Il y aura un ultime épisode dans le courant du mois d’août. Il traitera du gestionnaire de paquets pacman et de divers autres sujets tels qu’une rubrique d’aide que j’ai envie d’insérer dans la post-installation.

N’hésitez pas à me faire part de vos critiques où des difficultés que vous avez rencontrées lors de ce processus de post-installation. Mon cerveau est en mode vacances et il se peut que j’ai zappé quelque chose.

 

11 commentaires sur “La planète Archlinux (partie 5 : post-installation)

    1. Salut,

      Ce sont des choix personnels. J’aime bien WICD. Quant au navigateur, j’utilise exclusivement Vivaldi que j’ai choisi de ne pas inclure dans la post-installation. Mais rien n’empêche de modifier le fichier pkglist.txt pour l’adapter à sa guise avant de lancer la procédure d’installation. Merci pour le test 🙂 et bonne journée.

      1. Pas de souci. C’est bien aussi de s’éloigner de son clavier de temps en temps. Pour ce qui est du groupe wheel, j’avoue qu’il faut que je regarde ça de plus près.

      2. Dernier point : il y a l’outil xdg-user-dirs-update (fourni par xdg-user-dirs) qui permet de générer l’ensemble des répertoires Documents, Images, Modèles, Public, Vidéos et Téléchargements sur une distribution 🙂

    1. Salut,
      Je trouve que parfois, c’est bien pratique d’avoir deux navigateurs web et deux terminaux mais je n’ai pas d’exemple concret qui me viendrait à l’esprit, là maintenant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.