OFFICE, OUI, MAIS LIBÉRÉ DE WINDOWS !

Un article du collectif Emmabuntüs publié également sur l’âge de faire.

schmid

Après dix ans d’utilisation de Linux et de la suite bureautique LibreOffice, la municipalité de Munich, qui a basculé des verts à la droite, réinstalle Windows, propriété de Microsoft, ainsi que Microsoft Office sur son parc informatique. Elle remet ainsi en cause des choix techniques, sources d’économies, au profit de choix politiciens et démagogiques. Alors que le nouveau maire a fait des pieds et des mains pour que Microsoft installe son siège social dans sa ville, il nous paraît important de vous expliquer comment utiliser la suite LibreOffice. Celle-ci vous permettra d’échanger facilement des documents avec ceux de vos amis qui utiliseraient toujours Microsoft Office.

LibreOffice est la suite bureautique libre et gratuite, équivalente et compatible avec celle de Windows, qui inclut :

  • le traitement de texte Writer ;

  • le tableur Calc ;

  • le créateur de présentations Impress ;

  • l’outil de dessins Draw ;

  • le gestionnaire de base de données Base.

Cette suite a le grand avantage, par rapport à celle de Microsoft, de pouvoir lire et écrire des fichiers aux formats :

  • doc (xls, ppt) des versions d’Office 97/2003 ;

  • docx (xlsx, pptx) des versions d’Office 2007/2013.

De plus, cette suite LibreOffice, téléchargeable gratuitement, peut être installée sous Windows. Elle est d’ailleurs toujours disponible pour les versions obsolètes de Windows telles que XP et Vista, ce qui lui permet de lutter contre l’obsolescence programmée initiée par Microsoft qui fait que les versions d’Office post 2007 enregistrent par défaut au format docx (xlsx, pptx), un format incompatible avec les versions précédentes.

Afin de vous permettre d’échanger avec tous vos amis qui utilisent encore MS Office, nous vous conseillons d’enregistrer dans les formats les plus communs doc (xls, ppt), qui sont ceux reconnus par les anciennes versions d’Office avant 2003, et d’utiliser les polices de caractères Arial, ou Courier pour les lecteurs utilisant Windows. Pour ceux utilisant une distribution GNU/Linux (voir notre article sur « Linux est-il réservé aux experts en informatique ? », il vous faudra installer les polices de caractères non libres sur Linux, ou prendre une distribution Linux qui les installent d’origine, comme notre version adhoc. Sinon, il vous faudra jouer avec la table de remplacement dans la configuration de LibreOffice, en définissant Carlito au lieu de Calibri, et Liberation : Mono, Sans, et Serif substitut pour CourierArialTimes New Roman, voir ce tutoriel en anglais.

Si vos documents doivent être conservés plus de 10 ans, il est impératif d’en faire une copie dans le format ouvert OpenDocument (odt, ods…) proposé par défaut sous LibreOffice, et/ou au format PDF/A-1, pour garantir leur longévité (voir notre article de septembre). Si vous voulez échanger un document en préservant sa mise en forme, comme par exemple un CV, exportez le toujours au format PDF qui est maintenant totalement ouvert.

Dans ses dernières versions, MS Office utilise par défaut deux polices de caractères qui ne peuvent pas être utilisées sur des ordinateurs qui ne sont pas sous Windows. Les polices en question sont Calibri et Cambria, et voici comment les substituer facilement par les polices libres Carlito et Caladea :

Dans LibreOffice Writer ouvrir Outils → Options…

Dans la catégorie LibreOffice cliquer sur Polices

Cocher immédiatement la case « Appliquer la table de remplacement »

Puis définir les remplacements Calibri → Carlito et Cambria → Caladea

en cochant l’option « Toujours »

127_Substitution_de_Polices

Cliquer sur OK et redémarrer LibreOffice pour ces options soient effectives, et à partir de ce moment les documents envoyés depuis MS Office seront pratiquement les mêmes, qu’ils soient vus sur votre écran ou envoyés sur une imprimante.

Pour prolonger votre lecture, voir :

Prochaine chronique :« GIMP, l’alternative libre à Photoshop ! ».

Collectif EmmabuntüsGPL V3

Dessin : Péhä CC-BY 2018

 

6 commentaires sur “OFFICE, OUI, MAIS LIBÉRÉ DE WINDOWS !

Ajouter un commentaire

  1. Bizarre comme article.
    Quelques précisions : le coup de toucher aux polices ne sert à rien : je lis très bien sous LO un .doc(x) créé sous un MSO récent sous Windows, quelque soit les polices.
    LO fait la transposition avec les polices standards, donc parler aux « débutants » en parlant de manipulation avec les polices…
    De mémoire (car il y a longtemps que je ne l’ai pas fait), MS fournit (fournissait ?) un plugin pour les anciennes versions de MSO pour lire les .docx et xlsx, etc.
    Enfin, dire que LO est compatible XP n’est PAS une bonne chose pour moi : XP est obsolète et DOIT être remplacé car non sécurisé. Un ordi sous XP est en général capable de passer sous Windows 7 😛 et si ce n’est pas le cas car trop vieille machine, autant passer sous Linux.

    J'aime

    1. Bonjour Parigot-Manchot,

      Petite précision sur le coup de toucher aux polices, cela concerne le paragraphe sur l’utilisation de LibreOffice dans certaines distributions GNU/Linux qui n’installent pas les fontes non libres. Cela ne concerne pas l’utilisation de Windows mais plutôt Linux, et en particulier pour éviter que les documents Word suite à la lecture sur LO ne change leur mise à page à cause d’une mauvaise adaptation de fontes. Effectivement nous avons oublié de dire que tout cela est pour avoir une compatibilité au niveau de la mise en page des documents, et que cela n’influe pas la possibilité de lire les documents.

      Nous ne poussons pas à l’utilisation de XP, nous citons que LibreOffice est toujours disponible sur XP et Vista pour que les personnes qui désirent continuer à garder ces OS puissent le faire, car nous pensons que pour les débutants de changer d’OS est plus compliqué que d’installer une application et de la configurer. De plus le passage à Windows 7 a un coût financier et certaines personnes n’ont pas forcément les moyens de cela. Pour ce qui est de Linux, nous le connaissons bien puisque nous développons une distribution GNU/Linux pour les débutants nommée Emmabuntüs, mais nous ne pouvons pas dans chaque article faire de l’autopromotion pour Linux 😉 Nous avons déjà traité cela pour les lecteurs du journal L’âge de faire dans ces deux articles il y a quelques mois :

      https://miamondo.org/2017/12/11/linux-est-il-reserve-aux-experts-en-informatique/

      https://miamondo.org/2018/01/12/linux-pour-sortir-de-lobsolescence-programmee/

      J'aime

  2. Je pense quand meme que vous n’utilisez pas souvent la suite office.
    Il est quand meme, d’un point de vue d’un utilisateur lambda, bien plus agréable d’utiliser MS Office, que libre office.
    Je ne dis pas que le logiciel n’est pas performant. Je dis qu’il n’est pas adapté a la meme cible.

    Libre Office est un logiciel de Dev, par des dev pour des devs. (donc parfait pour faire son CV une fois tous les 2ans).
    MS Office est payant, OK, mais personne n’oblige personne à l’acheter et ensuite il est ergonomique, permet le travail en simultanée à plusieurs, permet d’etre édité en ligne sur le cloud. (et en plus il est beau).

    Je ne dis pas que MS Office est bon pour tout le monde, ni que Libre Office est le mal (il est très bien). Je dis juste que vous n’êtes pas sa cible.

    Et j’espère que vous avec un téléphone sous Firefox OS, sinon cette article n’est que du MS Bashing.

    J'aime

    1. Bonjour Mike,

      Je ne comprend pas bien vos remarques sur LibreOffice, et concernant notre utilisation de LibreOffice, nous l’utilisons dans notre équipe tous les jours, et nous écrivons l’ensemble de nos documents avec, ainsi que nos tutoriels, voir ici nos tutoriels écris pour le site de Developpez.com : http://emmabuntus.developpez.com/

      Nous travaillons pour rédiger ces articles avec le rédacteur de L’âge de faire, et nous échangeons avec lui nos articles réalisés avec LibreOffice.

      Nous travaillons à plusieurs avec LibreOffice, et nous échangeons les documents via nos dépôts sur Framagit.

      Je vous signale aussi qu’il existe une version de LibreOffice pour travailler à plusieurs via Internet sur un document en simultanée et cette version se nomme LibreOffice On Line : https://www.nextinpact.com/news/103144-libreoffice-5-3-personnalise-son-interface-et-se-decline-en-version-online.htm Elle n’est pas encore au même niveau que celle de MS, mais cela fait à peine un an qu’elle est disponible.

      Concernant votre remarque sur Firefox OS, mon téléphone est un simple Android et je ne vois pas pourquoi il faudrait avoir ce type de téléphone pour écrire notre article. Par contre sur mon téléphone Android, j’utilise Lilo comme navigateur, puisque nous faisons la promotion de ce moteur de recherche alternatif, qui finance des projets sociaux et environnementaux, dans notre version de GNU/Linux dénommée Emmabuntüs : https://www.lilo.org/fr/emmabuntus-2/

      J'aime

  3. Article sympa, certes, même si pour moi, le fait d’utiliser des fontes standards reste le meilleur moyen d’assurer une vraie interopérabilité sans se fatiguer. Pour le reste, vous citez Munich et son maire pro-microsoft. Vous oubliez de parler de la corruption européenne généralisée à Bruxelles, qui a permis aux GAFAM d’obtenir le passe-droit de la vente forcée en magasin, et d’avoir des grandes régions où les multinationales américaines sont les seules à pouvoir répondre aux appels d’offre. Depuis Sarkozy, le libre n’a plus avancé d’un poil au niveau politique en France, et l’hyperclown d’avoir vendu notre armée à l’OTAN via trois contrats openbar successifs signés chez ms Irlande. Pour noyauter l’éducation nationale, microsoft s’est contenté d’arroser notre ex-ministre de l’EN via un partenariat sans appel d’offres, qui lui a permis de placer ses produits dans les tablettes et PC vendus dans les lycées numériques, pour mieux évincer le libre côté éducation. Comprenez donc que la reprise de Munich par microsoft fait partie d’un plan bien plus vaste, et que la corruption des politiques allemands vaut largement la corruption des politiques français ! Le fait est que l’UE et l’OTAN travaillent contre nous depuis 1992, et le drame pour le monde du Libre aujourd’hui, c’est que sans Frexit préalable, il nous est impossible de bouter l’envahisseur hors de nos institutions publiques, et de reprendre la main sur notre informatique. Nous sommes gouvernés par des traîtres, et l’absence d’Asselineau, candidat à la présidentielle, et de ses 30500 adhérents dans les médias, de prouver clairement que ce pays n’est plus une démocratie mais une dictature, où l’oligarchie tient les médias en laisse, via notamment le CSA. La loi Urvoas et la propagande des 5 candidats de TF1 ne laisse d’ailleurs planer aucun doute sur ce sujet. Ils ont même fabriqué un ex-FN sur mesure qui vient singer le discours de l’UPR pour faire croire aux gens que les anti-UE seraient des militants d’extrême droite – allez dire cela aux anglais : ils vous riront au nez ! Les logiciels libres devraient être la norme partout dans nos administrations et nos associations depuis des années. Même avant LibreOffice, OpenOffice faisait déjà très bien son boulot. Mais par définition, des dictateurs ne travaillent pas pour leur peuple : seulement pour leur porte-monnaie. Quand on voit Barroso, réfugié chez Goldman-Sachs, faire du lobbying chez des commissaires de l’UE, alors qu’il a été grassement payé pour ne pas utiliser son carnet d’adresse, tout est dit : ces gens n’ont plus aucune retenue. Non seulement ils trahissent leurs pays respectifs, mais ils trahissent surtout l’ensemble des peuples d’Europe. Dans ce sens, le Schmid n’est qu’un pion pourri parmi d’autres. Et avec un banquier à la tête de l’UE, et un autre à la tête de la France, on sait pour qui travaille réellement l’Europe. Si on veut que le Libre se développe, c’est désormais clairement les politiques qu’il faut viser.

    J'aime

    1. Bonjour Kissifrot,

      Je partage dans les grandes lignes vos points de vue, à l’exception de votre avis sur Asselineau, et de l’UPR, que je ne connais pas bien, donc je ne peux pas prendre position dessus.

      Nos articles sont consacrés pour faire découvrir les logiciels libres, et leurs pratiques aux lecteurs du Journal de L’âge de faire, et ils sont orientés techniques avec parfois comme celui-ci, une approche militante de notre implication dans les logiciels libres et de leur utilisation. Le but de nos articles n’est pas en premier l’approche politique des logiciels libres, et de l’indépendance de notre état aux mauvais choix fais par malheureusement des personnes qui sont sensées nous gouverner et défendre correctement l’intérêt de notre nation.

      Le journal L’âge de faire est un journal qui traite des thèmes de l’écologie, de la citoyenneté et de la solidarité, au niveau local comme international, voir :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%82ge_de_faire
      https://www.lagedefaire-lejournal.fr
      https://www.lagedefaire-lejournal.fr/category/decouvrir-le-journal/informatique/

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :